Publié le 17 Octobre 2009

Sous le titre : "Les journalistes piégés par la com'?",  l'excellent site d'Arrêt sur Images nous propose un document fort instructif. Une première séquence nous montre des extraits de reportages où des cadres travaillant dans le nucléaire répondent maladroitement aux questions de journalistes TV. Très vite,  leurs chargés de com respectifs leur viennent en aide, soufflant pour l'un la réponse et pour l'autre recadrant l'interview. Tout un métier... Dans un  deuxième temps, Jacques-Emmanuel Saulnier, directeur de la communication d'AREVA réagit en plateau et répond aux questions de Daniel Schneidermann.  En grand professionnel, il fait entendre le souci de transparence de son groupe et explique pourquoi il souhaite voir ses collègues de terrain formés aux relations avec les médias. A regarder absolument pour comprendre le rôle des communicants en entreprise. Mais aussi, pour prendre conscience de l'importance de trainings réguliers, à l'intention de tout responsable de site dit "sensible".


, Nucléaire : les journalistes piégés par la com' ?



envoyé par asi. - L'info video en direct.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Lire - voir

Repost0

Publié le 16 Octobre 2009

Devenir un informateur crédible, veiller à préserver l'image et la réputation de son entreprise. Transmettre ses messages quelles que soient les questions, refuser les amalgames, rester maître de soi... Le 14 décembre prochain, je vous propose dans le cadre de la Boîte aux Images un média training de groupe dédié au porte-parolat de crise. Interview reportages, duplex, invitations en studio radio & plateau TV..., la plupart des situations de prise de parole dans les médias en situation de crise seront travaillées lors de cette journée de formation en groupe restreint.  Chaque exercice filmé donnera lieu à un débriefing didactique ainsi qu'à des recommandations personnalisées sur le fond et la forme des messages. Renseignements et inscriptions : + 33 (0) 1 80 87 55 83 .

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 3 Octobre 2009

Avez-vous remarqué avec quel œil Claire Chazal s'adresse à nous le WE dans son étrange lucarne ? Si vous êtes un lecteur assidu du blog de Philippe Turchet vous avez surement la réponse. Ce spécialiste du non verbal à été le premier à étudier les relations privilégiées qui s'instaurent entre deux individus qui se regardent œil gauche à œil gauche. Or justement, une étude britannique vient de montrer que quel que soit leur âge et leur milieu culturel, qu'elles soient droitières ou gauchères, la plupart des mères portent naturellement leur bébé du côté gauche.  La communication étant plus directe entre le champ visuel gauche et l'hémisphère droit du cerveau, siège des émotions et des réactions affectives.  Alors, Claire Chazal super maman cathodique qui couverait d'un œil protecteur les téléspectateurs ? Disons en tous cas que la présentatrice de TF1,  particulièrement à l'aise devant une caméra, s'adresse au public avec un réel plaisir. Au point que son œil gauche augmente de taille par rapport à  son œil droit. Un phénomène fréquent en situation de bien être mais tout à fait incontrôlable. Notre regard étant avant tout le reflet de nos états intérieurs.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Trucs & astuces à l'oral

Repost0

Publié le 2 Octobre 2009

Rédactrice en chef et productrice sur Canal +, la 5ième, TF1..., Catherine Malaval est sans conteste une figure de l'audiovisuel français. Une icône pourraient rajouter ses fans. Pour certains elle rappelle à l'image Françoise Hardy. A d'autres, elle fait penser à Charlotte Rampling. En réalité, Catherine Malaval sera éternellement associée à l'émission 1, rue Sésame. Un programme venu d'outre atlantique et qu'elle contribua à adapter en France.  Interrogée dans le cadre des coachings TV qu'elle anime pour le compte de la Boîte aux Images, Catherine Malaval revient dans cette vidéo sur les principaux aspects du métier d'animateur TV. Son expérience acquise à « Nulle Part Ailleurs » sous la direction d’Alain de Greef et surtout à Canal J, où elle a produit durant 5 ans les émissions en direct quotidiennes, lui a permis d’effectuer des recrutements de personnels aux profils très variés (journalistes, animateurs, comédiens…). La plupart découvrant les métiers de l’antenne, elle a ainsi assuré de nombreux trainings en comportement devant la caméra.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Infos la boîte aux images

Repost0

Publié le 22 Septembre 2009

Une romance VGE-Lady Di? L'idée parait saugrenue pour les uns, plausible pour d'autres. Assurément, c'est un excellent coup marketing  pour l'éditeur et gendre de l'ancien président; Bernard FIXOT. De quoi largement occulter la sortie du premier tome des mémoires de Jacques CHIRAC. Nul besoin d'être grand clerc pour prévoir, malgré la polémique sur une cigarette figurant en couverture, que l'ouvrage ne fera pas un aussi grand... tabac ! Le plus surprenant est qu'en 1995, Laurent GERRA détournait des images d'actualité,  afin de narrer le "râteau" imaginaire pris par Valéry Giscard d'Estaing, au cours d'un gala de charité dont l'invitée d'honneur était la princesse de Galles. En visionnant cette vidéo, je ne peux m'empêcher de repenser à une blague de potache, qui a longtemps couru sur l'ex chef de l'Etat. C'est une devinette en fait : pourquoi le poireau figure sur le blason des Giscard ? Réponse : parce qu'il a la tête blanche mais qu'il garde la queue verte...

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Sourire

Repost0

Publié le 21 Septembre 2009



Au théâtre, une générale est le nom donné à la représentation qui précède la première d'une pièce. Dans cette vidéo, Valérie Pécresse, en pleine répétition de meeting politique, adopte le ton... d'un général. Phrases martelées, voix trop forte, gestes saccadés... Bref, un discours sans naturel et trop lu, aux allures martiales. Erreurs de débutante, qui lui valent ici les moqueries du Petit Journal de Yann Barthès. Pour qu'une parole touche les cœurs, elle doit d'abord être dite à chacun et non criée en public. Où sont passés les gestes féminins qui séduiraient les uns et rassureraient les autres ? Où se trouve la voix chaleureuse et sensuelle, parlant par image, qui pourrait nous convaincre ? A moins que tout cela ne relève d'un superbe acte manqué. Car pour l'instant,  la tête de liste UMP aux régionales se donne toute les chances de ne pas avoir à choisir entre rester au gouvernement et remplacer en 2010 Jean-Paul Huchon à la tête de l'exécutif francilien. A l'oral en tous cas, si la droite devait l'emporter en IDF, son champion aurait assurément pour nom  André Santini.  Naturellement convivial, sa volonté de convaincre et ses bons mots en font un animal politique autrement plus efficace.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Décryptage

Repost0

Publié le 11 Septembre 2009

Elle est certainement la vidéo polémique de la rentrée. Il s'agit, bien sûr, des propos du ministre de l'intérieur tenus le 5 septembre dernier, lors de l'université d'été des jeunes UMP à Seignosse. Sur ce document mis en ligne par "Le Monde", Brice Hortefeux pose pour une photo souvenir en compagnie d'un jeune militant d'origine magrébine. "Il ne correspond pas du tout au prototype", plaisante alors le locataire de la place Beauvau, avant d'ajouter la phrase de trop : "Il en faut toujours un. Quand il y en a un ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes". Classe, puis pas classe auraient pu commenter les Robins des Bois.... Je ne reviendrais pas ici sur l'explication plus qu'alambiquée que Brice Hortefeux à donné par la suite à ses propos. Ceux qui l'ont déjà croisé, connaissent son humour. Il est loin d'avoir la légèreté d'une eau minérale auvergnate... Trois enseignements sont néanmoins à tirer de cet épisode landais. Le premier, mais je me répète, est qu'aujourd'hui tout propos public de responsable politique ou d'entreprise est susceptible d'être mis en ligne sur une plate forme de partage. L'heure est donc à la vigilance et à la retenue. La deuxième, c'est qu'une polémique chasse l'autre. Qui parle encore du livre dénonçant la triche lors de l'élection de Martine Aubry à la tête du PS? La troisième est la confirmation que nous sommes bien  dans l'ère du journalisme plurimédia. Ainsi, c'est depuis le site Internet du Monde que le buzz a commencé et c'est sur celui du Parisien qu'il s'est poursuivi avec l'interview du jeune militant UMP concerné. Qui a dit que la presse écrite ne savait pas s'adapter face à la concurrence d'Internet?

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu

Repost0

Publié le 28 Juillet 2009

D’un point de vue communicationnel, le recours aux actions fortes peut s’expliquer ainsi : les salariés, entre fusion, rachat et changement de direction sont un peu perdus. Les restructurations fleurissent, les postes périssent. Les employés ne comprennent pas,  manifestent pour garder leur emploi, ne sont pas entendus, et passent à la vitesse supérieure. Ce sont les médias qui les écoutent, à défaut d’un système de communication interne approprié qui aurait pu éviter, à tous, de biens mauvais moments. 

 

En rédigeant l’article précédent, j’ai entendu à la radio que des salariés de Servisair Cargo « retenaient » leur PDG et Directeur Général à l’aéroport de Roissy, pour obtenir de meilleures indemnités de départ. La séquestration serait-elle devenue le nouveau procédé de négociation ? Ou est-ce le seul moyen pour les salariés de faire connaître leur combat, de placer leur entreprise sous le feu des projecteurs, de mettre au pied du mur leurs dirigeants ?

 

La question est alors toute autre : le recours à ces moyens forts est-il le résultat d’une mauvaise communication interne des entreprises ? L’ouvrier de 3M qui répondait à BHL sur le site du Point a écrit : « Quand nous sommes allés pour le rencontrer, le directeur est allé s'enfermer dans un bureau... Cette scène pour moi est l'expression du mépris de la direction à notre encontre […] » Où sont les conseillers en communication de ces entreprises ? Où sont ceux sur qui repose la cohésion d’une organisation ? Il faut croire que l’enjeu de la communication interne en temps de crise n’est pas toujours bien compris. Là où compassion, écoute et transparence sont de rigueur vis-à-vis de l’opinion publique, certains se tiennent à distance des salariés et gardent le silence.

 

Soulevant bien des débats, tant dans la sphère politique qu’au sein de la population, les séquestrations et menaces d’explosion posent la question des rapports entre direction et employés. A l’ère des grands groupes, des fusions et des plans sociaux à répétition, les employés ne savent plus à quel saint se vouer, et c’est vers les médias qu’ils se tournent.

 
Annabelle Huguenotte
Etudiante en Master 1 Communication des organisations - UCL

Voir les commentaires

Rédigé par AH

Publié dans #Décryptage

Repost0

Publié le 28 Juillet 2009

L’actualité de ces derniers mois ne vous a pas échappé : le climat social est très tendu. Les médias, transmetteurs de l’information, sont aussi un facteur de cette montée en puissance des actions salariales. La médiatisation est devenue un outil stratégique pour les employés.

 

Sony France, Michelin, 3M, Nortel France, New Fabris, Caterpillar. Quel point commun  existe-t-il entre ces entreprises? Avoir fait la une de l’actualité pour séquestrations de patrons, prises d’otage ou encore menaces d’explosion. Ces événements ont-ils été mis en lumière par les médias ou la recherche de médiatisation les a-t-elle provoqués ?

 

Elise Lucet, le 15 juillet 2009, commençait son JT ainsi : « Les plans sociaux sont si nombreux depuis quelques semaines que l’on ne peut parler de toutes les entreprises en difficulté. Du coup, les salariés victimes de licenciements emploient les grands moyens ». Salariés et syndicats utiliseraient la manière forte, non pas par profond désespoir ou grande conviction, mais par besoin de s’assurer un écho médiatique. Une journaliste de France 3 déclarait que « l’expérience des derniers mois montre que les salariés qui font entendre leurs voix obtiennent de meilleures indemnités de licenciement ». Comment calmer les ardeurs des salariés lorsqu’ils entendent cela ? Les médias ne sont donc plus seulement le reflet des actions menées. Ils sont une des raisons pour lesquelles les employés en colère recourent à la violence, en menaçant de faire exploser leurs outils de travail.

 

J’utilise le terme « violence » parce que je pense qu’il n’y a qu’un pas entre les menaces et la violence effective. Un délégué CGT de New Fabris déclarait, dans une interview diffusée le 24 juillet sur Lemonde.fr : « il a fallu mettre [les bombonnes] pour faire voir notre révolte parce que tout le monde se foutait de nous, mais on n’est pas des voyous, […]». Espérons que tous ont en tête cette dimension symbolique de l’acte provocateur, et que l’irréparable ne sera pas commis. Un salarié de 3M écrivait, en commentant un article de BHL sur le site du Point, « Oui, lors de cette triste affaire, j'ai appris à me méfier des médias qui nous encourageaient et tentaient de nous manipuler à faire plus. » Si un drame arrivait, qui en serait tenu responsable ? Les syndicats et les salariés, probablement. Quid de la responsabilité des médias, qui, en période estivale, sont à l’affût d’une info plus croustillante et originale que l’invasion des méduses sur les plages méditerranéennes.


Annabelle Huguenotte
Etudiante en Master 1 Communication des organisations - UCL

Voir les commentaires

Rédigé par AH

Publié dans #Décryptage

Repost0

Publié le 1 Juillet 2009

Quel raffraîchissement en cette quasi canicule, que cette vidéo diffusée il y a peu dans le "Petit Journal" de Yann Barthes et qui fait depuis, la joie des internautes. Y voir l'ancien chef de l'Etat fusillé du regard par sa Bernadette d'épouse est un pur régal. Comme il nous parait proche. Si l'opération Chirac 2012 n'est pas un canular, voila une image qui devrait contribuer à attirer des voix au candidat. Qui ne voudrait pas le sauver des griffes d'une telle mégère ? A propos d'image, celle de Nicolas Sarkozy semble au fil des semaines se recomposer sous nos yeux d'observateurs. Ou plutôt, sous les lignes du Nouvel Obs. De quoi achever de déconcerter, ceux qui, à gauche,  avaient été troublés de voir un Mitterrand rentrer au gouvernement. Pour autant, le "chouchou" de Carla, n'est pas encore redevenu celui de l'opinion.  C'est au contraire l'une des pierres jetées dans le jardin socialiste qui pourrait bien lui revenir en pleine figure. Dominique Strauss-Khan continue de grimper en tête des sondages comme personnalité préférée des français. Et curieusement, côte à côte avec une certaine Rama Yade, passée tout récemment du secrétariat aux droits de l'homme à celui des droits sportifs. S'il venait au président du FMI, l'idée de se lancer dans la course à l'Elysée, cela aurait de quoi laisser chocolat un certain Nicolas non ? 

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Sourire

Repost0