media training

Publié le 4 Janvier 2021

Pour cette première Minute du Media trainer* de l'année, je suis heureux de partager avec vous une technique tirée de ma méthode CIBLES. Cela fait en effet bientôt cinq ans que j'ai intégré les travaux de William Moulton Marston à mes formations à l'oral. Marston est un psychologue américain spécialisé dans les émotions et le comportement observable. Il est à l'origine du modèle DISC utilisé pour manager, recruter, vendre et communiquer. Créateur par ailleurs de Wonder Woman, Marston nous a légué de quoi révéler un super pouvoir en interview. Celui de parler à tous les publics en même temps grâce au langage universel des couleurs. Partout dans le monde la population se répartit en quatre profils : Rouge, Jaune, Vert et Bleu. À chacun correspond des préoccupations bien précises. Atteindre ses objectifs, être reconnu, l'harmonie du groupe, besoin de sécurité. Il suffit lors d'une prise de parole d'intégrer ces quatre thématiques pour parler à chaque partie de l'auditoire. Soit un précieux levier pour attirer l'attention, susciter l'intérêt et motiver à passer à l'action. Bonne année 2021 à tous, riche en interventions mémorables.

*Tous les lundis à midi sur YouTube

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #DISC, #Formation prise de parole, #Média training

Repost0

Publié le 21 Décembre 2020

Si vous avez déjà été piégé par la question d'un journaliste, c'est que vous n'avez peut-être pas encore eu recours aux détournements dialectiques. Nés dans la Grèce antique, leur usage est aujourd'hui monnaie courante à la télévision. Le personnel politique apprécie tout particulièrement cette technique de média training. En voici trois exemples, avec trois anciens présidents de la République. Quand il se trouvait en position inconfortable, Valéry Giscard d'Estaing n'hésitait pas à déclarer : "Il y a plusieurs aspects dans votre question, alors sur le premier point..." Et il occultait les autres. François Mitterrand se montrait plus joueur en répondant tel un boomerang : "Pourquoi me posez-vous cette question ? J'ai l'impression qu'il y a un sens caché." Ce qui obligeait son interlocuteur à se justifier. Plus près de nous, Nicolas Sarkozy reprenait régulièrement la main avec son : "Pardonnez-moi, mais je crois que la véritable question est ailleurs. Ce que veulent les français c'est..." Lors d'un passage média, il importe d'agir plutôt que de subir. Et vous, quelle formule de détournement dialectique avez vous choisie pour recentrer une interview ? 

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Média training, #Trucs & astuces à l'oral

Repost0

Publié le 14 Décembre 2020

Avez-vous remarqué combien un passage média se rapproche d'un match de foot ? Vous pouvez vous retrouver en position d'attaquant ou sur la défensive. Il est vous est possible de dribbler avec un mot clé. Et même de botter en touche si une question vous dérange. Normal alors que "Droit au but", la devise de l'Olympique de Marseille, s'applique si bien à une interview. Lors d'un reportage, aller droit à votre message vous donne un maximum de chance de voir vos propos repris au montage. En direct, vous gagnez en impact en jouant sur l'effet de primauté. Avec les journalistes abandonnez le modèle scolaire qui enseigne de garder le meilleur pour la fin. Privilégiez plutôt des réponses qui vont à l'essentiel. Pour y arriver, comme un sportif vous devrez vous entraîner régulièrement, mais également prendre le temps de vous concentrer avant que la partie ne débute. Visualisation mentale, respiration, geste d'ancrage, les pistes sont nombreuses. Lorsqu'il était joueur, Zinédine Zidane enfilait systématiquement sa chaussette gauche avant la droite. Et vous quelle sera votre technique pour vous programmer à aller droit au but ? 

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Média training, #Trucs & astuces à l'oral

Repost0

Publié le 6 Décembre 2020

L'européen convaincu, c'est le titre du journal Le Monde au lendemain de la mort de Valéry Giscard d'Estaing. Dès son entrée en politique VGE avait fait de l'Europe son cheval de bataille. En media training, avoir un cheval de bataille vous permet d'être rapidement identifié comme un expert ou un acteur majeur dans un domaine. Il suffit de vous interroger sur ce qui vous anime profondément pour connaître le vôtre. Avec lui vous gagnez en hauteur de vue. Vous rebondissez en cas de question piège car sa thématique devient votre point cardinal. À défaut, vous pouvez cultiver un dada. Un centre d'intérêt ou un loisir qui donne à voir le visage humain d'un personnage public. L'ancien président de la République était ainsi connu pour aimer jouer de l'accordéon. Plus tard il devient l'infatigable ambassadeur dans les médias de Vulcania. Le parc d'attractions auvergnat dédié au fonctionnement de notre planète et de ses volcans. Et vous, quelle cause ou passion avez-vous à partager ?

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 29 Novembre 2020

Quatrième Minute du Media trainer durant ce #confinement2. L'occasion ce lundi de vous rappeler ma règle de trois afin de maximiser vos passages dans les médias. Avez-vous déjà remarqué combien il est facile parfois pour un journaliste de prendre l'ascendant sur son invité ? Pour éviter de vous retrouver en pareille situation, préparez votre interview en vous posant trois questions de COM : Quelle est ma Cible ? Quel est mon Objectif ? Quel est mon Message ? Avoir en tête votre Cible vous permet de personnaliser vos propos. De choisir des exemples et illustrations qui lui parlent. De vous adresser à un public bien précis parmi tous ceux qui vous écoutent. Vous donner un Objectif c'est avoir une destination. Un but à atteindre dont les effets sont mesurables : vendre un produit, inciter à voter pour vous, provoquer un changement de comportement... Le Message sert votre objectif et vous porte. Chaque question devient une opportunité de le placer, de l'illustrer, de le faire entrer en résonance avec le quotidien de votre cible. Ne pas pouvoir répondre à l'une de ces trois questions rend dangereux un passage média ou une prise de parole. De plus vos propos risquent d'avoir un faible impact. « Si vous n’avez rien à dire, ne le faites pas savoir » disait Jacques Pilhan.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Média training, #Trucs & astuces à l'oral

Repost0

Publié le 23 Novembre 2020

Nouveau podcast en images dans ma série spécial #confinement2 La minute du media trainer. Ce lundi à midi : les dangers de dire On en interview comme en prise de parole. Par modestie ou par manque d'affirmation, vous êtes nombreux à dire On lors d'un entretien. C'est bien dommage car ce pronom indéfini crée le flou dans l'esprit de ceux qui écoutent. Et comme le disait Martine Aubry : "Quand il y a un flou il y a un loup". Les journalistes disent même que On est un con ! Qui imagine le Général de Gaulle répondre On dans l'une de ses célèbres conférences de presse ? Inspirez-vous plutôt de la trilogie Vous, Je, Nous, utilisée dans les lettres de candidature. Dites "Je" quand il s'agit de parler de vous. "Nous" lorsque cela concerne votre société ou organisation. S'il s'agit de tiers précisez votre pensée : les experts, le marché, les professionnels, le public, etc. Avec "Toujours" et "Mieux", On est un mot qui se prête à de multiples interprétations. Ce qui peut nuire à la bonne compréhension de votre message. Rappelez-vous, en communication ce qui compte ce n'est pas ce que vous dites mais ce que l'autre a retenu.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Média training, #Trucs & astuces à l'oral

Repost0

Publié le 15 Novembre 2020

« Quand ça semble être nuit noire pour beaucoup de gens il faut allumer une lumière. » En filant la métaphore pour annoncer sa candidature à l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon illustre l'importance de donner à voir à l'oral. Il s'inscrit également dans une longue tradition d'orateurs. Cicéron, Jaurès, Hugo… Tous utilisaient cette figure de style afin de condenser un argument et enrichir leur discours. En télévision elle est devenue indispensable pour qui veut susciter l'intérêt ou détourner l'attention. Quitte à jouer sur des mots faisant appel à plusieurs de nos sens. Souvenez-vous de Jacques Chirac le 14 juillet 2001 interrogé sur des sommes d'argent : « Ce n'est pas qu'elles se dégonflent, c'est qu'elles font « pschitt ». Deux passages TV à fort enjeu, où la personne interviewée recourt à des images mentales. La PNL nous a appris dans les années 70 qu'à chaque objet ou concept, notre cerveau associe des informations verbales et des images.  D'ailleurs  pour un journaliste écrire c'est décrire. Quand vous intervenez dans les médias, si vous souhaitez marquer les esprits pensez à montrer avant de dire.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 9 Novembre 2020

Première de ma série de courtes vidéos spécial #confinement2, ce lundi à midi sur YouTube. Je reviens sur les multiples avantages de la distance pour un personnage public. De quoi par exemple éviter le "pétage de plombs" d'Olivier Véran à l'Assemblée Nationale le 3 novembre dernier. Vous souhaitez voir abordé un thème particulier dans "La minute du media trainer" ? Indiquez-le en commentaire.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Média training, #Lire - voir, #Trucs & astuces à l'oral

Repost0

Publié le 7 Novembre 2020

Histoire de transformer la contrainte de ce deuxième confinement en opportunité d'aimer faire apprendre (clin d'œil à Bernard Anselem), j'ai le plaisir de vous présenter La Minute du Media Trainer. Après mon partenariat avec les éditions Hatier pour la préparation au grand oral du Bac, voici de quoi vous aider à réussir vos passages médias et construire votre personnage public. De courts podcasts vidéos mis en ligne chaque lundi à midi. Un indice pour la première ? Disons que je reviendrai sur l'emportement d'Olivier Véran à l'Assemblée Nationale ce mardi 3 novembre. Inspiré dans mon développement par l'excellent édito sur France Culture de Frédéric Says.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Trucs & astuces à l'oral, #Média training

Repost0

Publié le 9 Juillet 2020

Peut-être fallait-il ranger l'ego avec la robe ? C'est la question que je me suis posée en regardant cette chronique de Victor Ferry.  Son analyse de la première intervention d'Éric Dupond-Moretti en tant que garde des Sceaux à l'Assemblée Nationale est intéressante. Elle illustre la différence de perception entre ce que la télévision donne à voir de l'hémicycle et la réalité bien plus animale de cette arène parlementaire. Les députés d'opposition y cherchent par tous moyens à déstabiliser un ministre. Je note que le président de l'AN avec son "On souffre en silence" s'est montré bien peu solidaire et a témoigné de bien peu d'empathie avec le nouveau ministre. Rancune bretonne ? Quoi qu'il en soit, le précepte "Ne pas en faire une affaire personnelle" des Quatre accords toltèques me semble ici de circonstance. Tout comme suivre une séance de media training pour se préparer à pareil bizutage. Je laisse les abonnés de la chaîne de Victor Ferry se faire leur propre opinion. Quitte à visionner à nouveau deux précédentes émissions sur ces sujets 😉

Voir les commentaires

Repost0