media training

Publié le 5 Avril 2021

"L'aérien ne doit plus faire partie des rêves d'enfant aujourd'hui." Si vous me dites que vous n'avez pas entendu parler de cette déclaration de la maire écolo de Poitiers lundi 29 mars en conseil municipal  je ne vous crois pas.  Elle lui a valu de recevoir une volée de bois... verts. D'abord sur les réseaux sociaux. Le ministre délégué aux transports a parlé sur Twitter "d'élucubrations autoritaires et moribondes". Puis dans la presse. Bruno Lemaire dénonçant ce dimanche au Grand Jury une "folie révoltante et dangereuse".
Bien sûr, ces paroles ont été tirées de leur contexte. À ce propos, qu'il soit diffusé ou pas sur Internet, ce serait une faute de croire que ce qui est dit en conseil municipal ne sera pas repris sur les réseaux sociaux. Revenons donc sur ce qui me semble relever d'une triple erreur de débutante. Surement dû à un manque de formation aux techniques de media training.  La maire de Poitiers pointe dans un premier temps l'amalgame fait par son opposante pour mieux le démonter. Il se poursuit par un argument d'expérience basé sur un témoignage personnel. Et puis voilà que son arme lui explose entre les mains. Alors qu'elle voulait jouer la carte de la mauvaise conscience. Le critère affectif, bien connu de la PQR,  se retourne contre son auteur. Et les maladresses de se poursuivre dans une mise au point sur Twitter partagée samedi. Vous avez noté l'anaphore ? "Il ne s'agit pas de..." Et bien c'est une fausse bonne idée. La forme négative n'est pas entendue par le cerveau. Cette règle bien connue en psychologie va être ignorée durant tout le reste de la vidéo. Avec, cerise sur le gâteau, un ancrage encore plus improductif en fin de déclaration. Il était habile de créer une jolie image mentale de colonie de vacances en bord de mer, accessible aux enfants défavorisés de la ville. Mais pourquoi terminer par l'évocation de l'avion ? C'est remettre un jeton dans la machine à polémique. 

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu, #Média training

Repost0

Publié le 29 Mars 2021

Nous sommes vus avant d'être entendus. Qu'il s'agisse d'une interview ou d'une prise de parole, nos gestes et mimiques sous-titrent nos propos. Avec le risque qu'ils ne disent pas exactement la même chose. Un montage vidéo de @caissesdegreve, réalisé après la dernière conférence de presse d'Emmanuel MACRON et relayé par le  du journaliste Mathieu SICARD, nous en donne une illustration en trois arrêts sur images. Les mains jointes en direction du ciel, au-delà d'un mimétisme avec Nicolas SARKOZY, indiquent selon le synergologue Philippe TURCHET : " Une personne qui pense avoir des compétences que les autres n'ont pas". Une position docte qui vous place au-dessus de la mêlée en somme. Toujours selon le père de la Synergologie : "Le grattage de l'oreille gauche, qui renvoie à l'histoire personnelle, signifie une remise en question de soi-même". CQFD. Enfin, avez-vous remarqué, alors que le chef de l'Etat déclare : "Je n’ai aucun mea culpa à faire, ni aucun remord",  sa main droite constamment accrochée au pupitre ? Ancrage de fébrilité doublé d'une brève sortie de langue. Micro expression qui traduit généralement la difficulté du moment. Au fait, vous ai-je dit que si notre langage non verbal (gestes + intonations) est celui qui a le plus d'impact en public, il est aussi celui que nous maîtrisons le moins ?

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 22 Mars 2021

S'il y a une qualité professionnelle que doit développer un media training c'est bien l'écoute. Grâce à elle vous êtes assuré d'entendre le mot confort que contient toute question de journaliste. De quoi vous éviter de reprendre le mot piège qui vous éloigne de votre message. Illustration cette semaine dans la Minute du Media trainer avec cette interview d'Emmanuel Fabert. Vidéo partagée sur Linkedin par Béatrice Toulon. L'ex PDG de Danone y donne un excellent exemple de l'art de rebondir sur un mot précis, tout en sachant prendre de la distance avec ceux qui ne lui conviennent pas. Envie d'aller plus loin sur ce sujet ?  Cliquez ici.
 

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Média training, #Au fil de l'actu

Repost0

Publié le 15 Mars 2021

Elle est un accélérateur de notoriété pour le meilleur comme pour le pire. Vous l'avez reconnue ? Il s'agit de la petite phrase. L’académie française la définit en tant que « Formule concise qui, sous des dehors anodins, vise à marquer les esprits ». Arme privilégiée des politiques, elle peut se retourner contre eux quand elle est le fruit de l'improvisation. La semaine dernière, avec son "Épidémie de transgenres" la psychanalyste Élisabeth Roudinesco a appris à ses dépends qu'à l'heure des réseaux sociaux il faut toujours anticiper la reprise et l'interprétation de ses propos. Mais alors, comment ne pas finir jugé trop vite par le tribunal de l'opinion ? Peut-être en faisant comme Alain Finkielkraut. Il vous suffit de citer un autre auteur que vous qui va dans le sens de vos idées. Cela s'appelle une citation et il est toujours bon d'en avoir une en tête avant toute interview. Envie d'aller plus loin en media training ? Découvrez ma formation en ligne.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu, #Média training

Repost0

Publié le 8 Mars 2021

Ce n'est pas toutes les semaines qu'un ancien président est condamné à trois ans de prison, dont un an ferme. L'interview de Nicolas SARKOZY au 20H00 de TF1 mercredi 3 février 2021 n'en a eu que plus d'intérêt. Dans la minute du media trainer de ce lundi, j'ai retrouvé chez l'ex chef de l'Etat sa façon bien à lui de répondre à un journaliste : la "Sarko réponse". Il s'agit de placer son message quelle que soit la question. Ce que tout le monde ne peut pas se permettre vous en conviendrez. La veille, Jean-Michel BLANQUER a utilisé lui une vielle ficelle du media training : la phrase omnibus. C'est Jean-Claude MARTIN, qui m'a appris ce truc quand je travaillais à ses cotés chez Personnalité. Lorsque vous êtes déstabilisé par une question, vous pouvez gagner du temps en plaçant une phrase passe-partout. Titillé par Léa SALAMÉ, le ministre de l'Éducation Nationale a dégainé un superbe "Il faut voir non pas la photo mais le film" qui lui a donné le temps de trouver une réponse adaptée. Cela mérite un bon point. Envie d'aller plus loin ? Découvrez ma formation en ligne.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Média training

Repost0

Publié le 1 Mars 2021

Minute du media trainer "2 en 1" ce lundi 1er mars. D'abord en raison des deux extraits médias que je commente. Ensuite, parce que je reviens sur deux règles de média training universelles. La première est qu'un trop grand nombre de messages dans une interview nuit à la lisibilité de votre communication. Mieux vaut une idée principale développée trois fois, que trois différentes pour être repris par la presse comme vous le souhaitez. La deuxième est un rappel plein de bon sens. Les neurosciences parlent à son propos "d'effet de récence". Placer à nouveau son message en fin d'entretien favorise sa mémorisation. Illustration en images avec Gérald Darmanin interviewé sur RTL et France 5 après avoir jugé "molle" Marine Le Pen. Vous vous souvenez ? C'était le 11 février 2021 lors de son débat sur France 2 contre la présidente du RN. Envie d'aller plus loin sur ces questions ? Découvrez ma formation en ligne.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu, #Média training

Repost0

Publié le 22 Février 2021

J'appelle cela  de l'induction journalistique. Oui, vous savez quand un journaliste utilise dans sa question une formule si marquante que son invité la reprend dans sa réponse. C'est ce qui s'est passé pour le professeur Alain FISCHER jeudi 18 février sur Europe 1 au micro de Sonia MABROUK . En croyant bien faire, "Monsieur vaccins" a donné un écho supplémentaire à l'expression "seconde zone". Sa négation renforce en fait l'amalgame créé par l'image négative associée en direct à AstraZeneca.  Avec au final une reprise presse générale qui lui attribue l'expression de son intervieweuse. Un media training aurait été utile à cet éminent scientifique lors de sa prise de poste. Ou pourquoi pas, suivre ma dernière formation en ligne pour passer dans les médias avec confiance et impact.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Média training, #Au fil de l'actu

Repost0

Publié le 13 Février 2021

Dans son billet de vendredi matin sur France Culture, Frédéric Says commente le débat Darmanin Le Pen diffusé en direct la veille au soir par France 2. Deux compétiteurs venus selon lui "pour ne pas perdre". J'ajouterai "et gagner en image publique". Soit exactement ce qui se travaille en media training. D'autant plus que les contre-arguments sont jugés plus convaincants que les arguments dans les enquêtes d'opinion. Ce n'est donc pas un hasard si la présidente du RN est coachée par un ancien journaliste TV. Un sujet que j'aborde dans ma dernière formation en ligne de 3h30 : Intervenir dans les médias avec confiance et impact.  J'y évoque plusieurs pistes afin de gérer la contradiction. En voici une sélection inspirée par l'adage américain : "Il y a deux types de gens lors d'un débat TV : ceux qui veulent gagner et ceux qui veulent avoir raison." 

  • Restez calme face à un contradicteur agressif. Comptez mentalement « un, deux, trois…» en respirant puis parlez. 
  • Tenez-vous en aux faits. Dénoncez les hypothèses, les supputations, les « on dit » qui se prêtent aux interprétations et aux avis subjectifs.
  • Positivez. Considérez par exemple qu’une remarque peut faire avancer la réflexion sur le sujet. Remerciez son auteur, puis passez à une autre question. Vous pouvez également jouer du « oui, mais ». Approuvez dans un premier temps votre interlocuteur, puis exposez vos nuances, voire votre contre argument avec force.
  • Si vous souhaitez gagner du temps, vous pouvez répondre à votre contradicteur en citant son nom. Si le sien est composé, cela permet à votre cerveau de préparer la contre-offensive. Exemple : « Mon cher Pierre-André tu n’es pas sans savoir… » Ou encore « Cher Monsieur Dupond de La Motte je vous répondrais que…»

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Média training

Repost0

Publié le 3 Février 2021

Définitivement acquis au principe cher à Bernard ANSELEM d'aimer faire apprendre (en s'amusant)*, je partage avec vous cette archive TV présente, avec d'autres, sur ma chaîne YouTube. Nous retrouvons ici Ségolène ROYAL chez PPDA après avoir décroché l'investiture pour la présidentielle de 2007. Détail cocasse, les caméras de TF1 nous montrent par deux fois la candidate socialiste en plein redressement... discal. Ces ajustements de posture, en direct à une heure de forte audience, sont l'occasion de rappeler le rôle de la verticalité en media training. En plus de donner de la crédibilité, un dos aligné permet de déployer tout comme en prise de parole en public notre colonne d'air. Soit la garantie de ne manquer ni de souffle, ni d'inspiration. Le cerveau consommant 20 % de l'oxygène présente dans le corps. Reste à se tenir droit sans être raide. Un véritable défi pour une fille de militaire. 

*je rajoute cette 4e dimension afin d'être en phase avec le langage universel des couleurs AEC DISC.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 28 Janvier 2021

En plein bouclage de ma nouvelle formation en ligne sur les techniques de media training appliquées à l'interview, je tombe sur cette pépite. Puisque la contagion émotionnelle est également de mise sur la toile je vous laisse savourer cette séquence. Dustin Hoffman y déstabilise une journaliste tout en assurant le show. En fait, il s'emploie avec malice à souligner le sens second de ses questions. Comme quoi écouter son interlocuteur c'est bien. Entendre les mots sur lesquels rebondir c'est mieux. 

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Média training, #Sourire

Repost0