communication non verbale

Publié le 5 Avril 2019

Ces gestes de débutants qui trahissent un manque d'assurance en TV

Quel point commun existe-t-il entre Raphaël Glucksmann, Jordan Bardella et François-Xavier Bellamy ? Réponse : ils sont tous les trois nouvellement têtes de liste à des élections. À ce titre, L'Émission politique jeudi 4 avril sur France 2 constituait pour eux un baptême du feu. Je ne peux donc résister à l'envie de partager avec vous ces captures d'écrans mises en ligne sur mon compte Twitter. Car si le contenu de leur programme les sépare, leurs réactions de débutants face au stress rapprochent les trois candidats. Avez-vous noté qu'un stylo " doudou " ne quittait quasiment pas les doigts du représentant du RN ni ceux du leader de la liste Parti Socialiste-Place Publique ? Quand au futur chef des députés européens LR, sa main droite restait souvent discrètement scotchée au pupitre lors de ses interventions. Ce qu'il y a de bien en télé, c'est que les règles de lecture du comportement observable telles que définies par Jean-Pierre Veyrat, l'auteur de la méthode T.I.N.A, s'y appliquent parfaitement. Vous retrouvez des gestes ponctuels de communication qui parlent pour nous, auxquels s'ajoutent une gestuelle et des mimiques récurrentes qui parlent de nous (absence de sourire chez Nathalie Loiseau). Ainsi, même n'il ne s'agit pas de négociation sensible, le caractère polémique d'un débat à douze et l'enjeu en termes d'image publique génèrent de nombreux signes non verbaux de réassurances.

Media training et confiance en soi

Pour éviter de perdre en crédibilité pourquoi dans ce cas ne pas suivre un media training ? C'est peut-être parce qu'il perçoit l'exercice comme susceptible de vous transformer en une machine médiatique que François-Xavier Bellamy s'est refusé à en suivre jusqu'à présent. Le contenu d'un bon entraînement à l'interview radio TV reprend pourtant des axes de travail à l'oral définis par les philosophes  grecs. L’Ethos associé à la construction du personnage public. Le Logos en ce qui concerne la validation des messages. Le Pathos pour l'émotion à susciter et... à gérer en soi. En cela, un media trainer tient autant du coach en intelligence émotionnelle que du préparateur physique et mental. Le cerveau ne faisant guère de différence entre une séquence virtuelle et la réalité, simuler plusieurs passages dans les médias permet le jour J de ne plus se sentir émotionnellement en terre inconnue. Raison pour laquelle parmi les références bibliographiques de mes supports pédagogiques figure le livre le plus abouti à mes yeux de Joseph Messinger : Ces gestes qui vous changeront la vie. La bible de la Programmation Neuro Gestuelle propose d'adopter des grilles posturales très simples afin de renforcer sa confiance en situations inhabituelles. La plus connue étant l'ancrage de la botte, assis.e les pieds posés au sol. À pratiquer sans modération tout au long de la journée afin d'évacuer les tensions et de donner à voir une posture assurée. 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 30 Mars 2019

Il est toujours intéressant de découvrir comment des hommes de l'ombre gèrent leur passage soudain à la lumière. Ismaël Emelien est de ceux là. Sa promotion dans les médias du livre manifeste Le progrès ne tombe pas du ciel lui a valu d'être plusieurs fois déstabilisé en direct. Il faut dire que comme le pensait mon oncle Georges : " Le chien ne vaut pas le maître ". Prenons son passage dans C à vous du jeudi 28 mars. L'ex conseiller spécial d'Emmanuel Macron y a pêché doublement. D'abord par arrogance avec à (2.44) son "Je n'ai rien à rajouter face à vous de plus que ce que j'ai dit à la police". Réponse qui rappelle l'agacement de François Mitterrand interrogé en son temps sur l'affaire des écoutes de l'Élysée par des journalistes belges. Ensuite par naïveté. À 2.16 ses " D'abord on est pas venu pour parler de ça, pardon. (...) Je me suis exprimé à maintes reprises sur le sujet (...) toute la semaine. (...) Ça fait 10 minutes sur une émission qui en fait 50 " traduisent un certain amateurisme et une ignorance... Crase des pratiques journalistiques. Comme le lui fait remarquer Anne-Elisabeth Lemoine : " On vous pose ces questions parce qu'elles sont d’actualité. " Sur le plan du comportement observable ce passage sur France 5 est également riche. Je passe sur la manifestation du stress de l'invité (1.54) avec son besoin de boire un verre d'eau pour vraisemblablement mettre fin au phénomène de bouche sèche. Je préfère m'arrêter sur un geste qui signe Patrick Cohen à l'antenne : l'index moustache. Visible dès le début de l'interview (0.02), il traduit selon Joseph Messinger le scepticisme d'un individu qui s'est fait religion de douter de tout. Plutôt une qualité pour un journaliste et un indice corporel qui aurait dû mettre la puce à l'oreille au stratège présidentiel. L'intention de le mettre en difficulté était claire, semaine de bizutage médiatique oblige.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 2 Mars 2019

Il indique sur son profil LinkedIn la simple mention " négo analyste ". Une présentation à minima pour l'un des pionniers de l'observation du comportement observable. Créateur de l'Analyse Morpho Gestuelle Jean-Pierre VEYRAT est l'auteur de plusieurs ouvrages dont notamment le désormais incontournable Atlas psychologique du visage et T.I.N.A, bible du parfait négociateur. La réédition récente de ce manuel revient sur les techniques de profilage en temps réel afin d'agir en fonction des réactions d'un interlocuteur. Un avant goût de " Body speaking & personnalité ". Dans son prochain livre JPV reprend les grands principes de l'identification non verbale et plus particulièrement les gestes qui composent notre signature corporelle. Les applications en entreprise en seront multiples puisqu'elles vont du recrutement à la négociation. Jugez plutôt avec cette interview enregistrée mercredi dernier dans ses bureaux parisiens de Negorisk. Et pour ceux qui souhaitent se former au Body speaking, c'est ici.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Communication non verbale, #Lire - voir

Repost0

Publié le 28 Février 2019

Vous êtes nombreux à l'issue d'une formation en prise de parole ou d'un média training à me demander des conseils pratiques. Alors c'est promis, je vais alimenter plus régulièrement ma chaîne YouTube. Je vous propose cette courte vidéo enregistrée tardivement dans mon atelier parisien. Je vous y présente le modèle ORAL. Inspiré du télé-achat ce truc de commercial mobilise l’attention et, par sa construction simple et efficace, a pour effet de déclencher l’action ou de créer l’adhésion. Simple et opérationnel. A venir dans les prochaines semaines : d'autres trucs de pros ainsi que des références bibliographiques.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 12 Novembre 2018

L'ADN n'y va pas de main morte lorsqu'il titre dans son édition du 5 novembre : Déception ! Le power posing, cette pose miracle censée nous transformer en héros, c'était bidon. Et la proposition de la psychosociologue Amy Cuddy d'être descendue en flèche sur la foi de récentes études. La rançon du succès ? Il se trouve que les postures de pouvoirs connaissent un engouement incroyable. Plus de 50 millions de vues de la conférence  TEDGlobal donnée en 2012 sur ce thème par la chercheuse américaine. Son message est des plus séduisants : il suffit de se comporter comme un.e gagnant.e pour en devenir un.e. Hier c'était le décodage gestuel de Joseph Messinger qui suscitait la controverse. Lui aussi a développé un principe de grille posturale pour rétablir la confiance en soi et se libérer du stress : la Programmation Neuro Gestuelle. Plus récemment c'est la Synergologie qui s'est attirée les foudres de plusieurs universitaires. Ces derniers qualifiant la discipline créée par Philippe Turchet de pseudo science. En fait, comme le rappelle Amy Cuddy sur sa page Linkedin, le scientifique devrait avoir un esprit expérimental et non litigieux. Or l'essentiel de la polémique autour de ses travaux porte sur des mesures de taux hormonaux suite à des modifications de positions du corps. Pour pratiquer depuis plus de 20 ans le coaching à l'oral, je peux vous assurer qu'il y a bien transformation du sujet quand celui-ci prend conscience que son dos lui permet d'avoir plus de présence. Elle lui est donnée par la verticalité qu'il peut déployer en se tenant droit, pieds bien ancrés au sol, regard sur l'auditoire, bras et mains en mouvements. Mieux, je constate que tous mes clients qui travaillent leur respiration diaphragmatique, via la sophrologie par exemple, gagnent en impact et confiance. De même il y a longtemps que j'ai observé combien des personnes raides physiquement se font  plus facilement casser lors d'interviews ou de débats.

Le duo gagnant corps & mental 

A contrario, une souplesse musculaire est toujours associée à une flexibilité mentale. J'en veux pour preuve mon intervention en media training donnée hier à Montpellier dans le cadre du premier Diplôme Universitaire d’Optimisation de la Performance en Football.  Les participants, des préparateurs physiques âgés entre 25 et 35 ans, avaient à gérer des questions particulièrement déstabilisantes sur le dopage. Outre qu'ils ont spontanément répondu avec éthique et rigueur, ils sont retombés plus facilement sur leurs pieds que des cadres d'entreprise en exercice de crise. Le duo corps & mental facteur d'augmentation positive ? J'ai tendance à le croire lorsque je compare leur métier avec le mien.  Si leur mission est de contribuer à de meilleures performances, la mienne est le gain en influence. Même si le moral est mis à mal, sur un stade ou face caméra une bonne forme physique permet de tenir jusqu'à la fin de la partie. Inversement, quand l'organisme est usé le mental peut prendre le relais et mobiliser nos ressources restantes. Qu'importe donc si deux minutes d'une posture de puissance suffisent pour voir la quantité de cortisol (hormone du stress) baisser dans notre sang et celle de la testostérone monter. Ce à quoi nous invitent Amy Cuddy et Joseph Messinger, c'est à développer la conscience de soi au niveau corporel. En pointant toutes les postures contraignantes qui entravent quotidiennement notre élan : chevilles croisées sous notre chaise, épaules voûtées en marchant, mâchoire serrée en rédigeant un post..., ils nous apprennent à faire du corps notre meilleur allié. Un pouvoir donné, grâce à eux, à tout le monde.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 5 Octobre 2018

Il y a une dizaine de jours j'ai répondu à l'invitation de l'Association des étudiants et professionnels de Bobigny. Il s'agissait d'animer un atelier de formation* sur la construction de son personnage public. Je sais, ce thème est susceptible d'hérisser les poils de tous ceux pour qui il n'est pas question de jouer la comédie en prenant la parole. Ça tombe bien je pense la même chose. Simplement, partant de l'idée que nous sommes perçus tels que les autres nous représentent et non tels que nous sommes, nous devons réfléchir à l'image que nous souhaitons véhiculer. Dit autrement, autant porter avec authenticité notre masque social. Ce paradoxe, la chanteuse Chris l'a évoqué de façon lumineuse dans l'émission Boomerang sur France Inter le 22 mai dernier. Pour elle : " Le personnage de scène c'est soi. Le soi que l'on choisit. "

Durant trois heures, j'ai donc rappelé plusieurs techniques de communic'acteurs afin de mettre le meilleur de soi au service d'un message. Des trucs issus de mon expérience dans l'audiovisuel, valables en entretien d'embauche comme lors d'une présentation client. Sachant que la première impression que nous donnons se produit en moins de huit secondes, mon conseil n°1 est de s'appuyer sur les gestes et expressions de visage pour cultiver une communication interpersonnelle de qualité. À l'image de ce que nous enseigne la sophrologie, il est important d'être à l'écoute de son corps pour être davantage présent aux autres. Le secret ?  Se ménager une part d'auto-observation dans l'action. Elle permet de s'ajuster aux réactions de l'auditoire. Pour citer Stéphane André, il s'agit à chaque fois d'un " RDV " avec nous-même. Il se traduit par un Regard affirmé qui crée du lien avec le public (oui je sais, ce n'est pas évident suivant la culture dont nous sommes issus), un Dos tonique et droit qui nous permet de gagner en verticalité (donc en présence) et une Voix qui porte (est-elle dans les aigus lorsque je suis stressé.e ? Conserve-t-elle toute sa puissance en fin de phrase?)

Pour cela, travailler sa respiration et sa posture avant d'entrer sur " scène " s'avère incontournable. Que nous ayons à nous exprimer debout ou assis. Prenez par exemple  l’ancrage de la botte. Une thématique chère à feu Joseph Messinger. Zone la plus éloignée de notre cerveau, les pieds n'en font parfois qu'à leur... tête au grès des émotions qui nous traversent. D'où l'importance de les avoir bien au sol pour y évacuer notre stress et se connecter à la confiance. À défaut, ils trahiront notre manque d'assurance. Il suffit pour s'en convaincre de regarder de quelle manière les chevilles d'un élève se réfugient sous sa chaise durant une interrogation surprise. Ce dernier point fut l’objet d’une séquence particulièrement interactive lors de mon intervention pour l'AEPB. D'autant plus animée qu'elle illustrait les travaux d'Albert Mehrabian sur le primat du non verbal à l'oral. Ce que nous disons compte seulement pour 7 % de ce qui impacte le public. De quoi animer un prochain atelier, dédié cette fois à la construction du message. Il importe en effet de réussir à ce que dans le peu qui marque les esprits, se retrouve 100 % de ce que nous voulons faire passer.

*Merci à Dounia Hannach d’en avoir réalisé les captations vidéo. 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 11 Septembre 2018

Soupe à la grimace de Macron face à Mélenchon à Marseille
Soupe à la grimace de Macron face à Mélenchon à Marseille
Soupe à la grimace de Macron face à Mélenchon à Marseille
Soupe à la grimace de Macron face à Mélenchon à Marseille
Soupe à la grimace de Macron face à Mélenchon à Marseille

Comme chaque dimanche soir depuis la rentrée Arnaud Benedetti, professeur associé à la Sorbonne, décrypte sur BFM une image forte qui a marqué l'actualité du week-end. Ce 9 septembre, c'est la rencontre nocturne entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon vendredi sur le Vieux Port de Marseille qui a été choisie. Pendant que l'auteur du Coup de com' permanent souligne la relation dissymétrique existant entre les deux hommes (avec au passage un beau lapsus que ne relève pas son intervieweuse : " dépasser le fauve et le tribun qu'est Emmanuel Macron " 01.31) des extraits en boucle de l'entrevue phocéenne défilent bientôt en arrière plan. Tant et si bien que lorsque est évoquée en plateau l'opportunité que donne cette séquence médiatique d'insister sur les qualités d'écoute et de dialogue du président, c'est un tout autre discours non verbal qui nous est donné. Une véritable soupe à la grimace ou si vous préférez une bouille (qui s') abaisse présidentielle. En une poignée de secondes (de 2.12 à 2.19) nous allons avoir outre l'illustration parfaite d'un faux sourire (sans plissement des fentes palpébrales), deux tirages successifs de langue révélateurs d'embarras, la main gauche du PR qui passe sur le visage pour à la fois s'abriter et nettoyer symboliquement le coin interne de l’œil droit d'une image mentale déplaisante et enfin la micro-expression d'un " enthousiasme " dont je laisse les lecteurs de l'Atlas universel du visage trouver les muscles mobilisés. Soit la révélation de l'énorme effort sur soi que demande pareille composition. Moralité, sous l’œil des caméras le naturel revient toujours au galop via le langage corporel. À méditer par les écuries politiques où les masques faux-self sont enseignés dès le premier media training d'un candidat.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Décryptage, #Communication non verbale, #Lire - voir

Repost0

Publié le 10 Septembre 2018

À sa sortie en novembre 2012, j'avais salué ici le travail de Jean-Pierre VEYRAT. Son Atlas psychologique du visage permet de devenir incollable concernant les muscles des mimiques. Au fil des pages, magnifiquement illustrées par René Botti, nous sont expliqués les masques de convenance que certains choisissent d’afficher ou encore les raisons des rides d’expression. Et voilà qu'en cette rentrée le créateur de l'Analyse Morpho Gestuelle nous propose l'équivalent d'un... cahier de vacances. De ceux publiés par les éditions Hatier pour réviser de manière ludique et être au top sur la matière concernée. Une excellente initiative à l'heure où les organismes de formation (dont je suis) sont à l’affût d'outils pratiques pour valider les connaissances. Il s'agit en fait d'un support pédagogique téléchargeable au format Word. Offert pour tout achat du livre ou vendu séparément. Chapitre par chapitre, un espace dédié est réservé à côté de chaque description afin d'y placer une image de notre choix (voir exemple en tête de ce post). De quoi faire de l'Atlas psychologique du visage un incontournable au bureau comme à la maison. Car, si l'auteur invite le lecteur à nourrir sa réflexion et à parfaire sa connaissance sur cette " fenêtre intime reconnue comme la plus passionnante du corps humain ", je vois également dans ce supplément une belle opportunité. Celle de transformer les après-midi pluvieux des dimanches d'automne en parties de plaisir entre proches. Imaginez la tête (une bonne occasion de mettre votre lecture de l'Atlas en pratique) de vos adversaires au scrabble. Assurément la surprise, voire le dégoût, devrait se lire sur leurs figures lorsque vous afficherez sur votre réglette des mots tels que risorius, ptérygoïdien, myrtiforme... Ou bien encore la paix royale que vous aurez lorsque vos enfants seront occupés à recycler des photos de famille ou à découper celles de personnalités dans le journal pour illustrer l'expression de la joie, de la tristesse ou de la colère. Ne me dites pas merci c'est cadeau. Après tout, pourquoi attendre Noël pour se faire plaisir ?

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Communication non verbale, #Lire - voir, #Sourire

Repost0

Publié le 1 Juillet 2018

Emmanuel Macron : un président qui laisse peu de place à ses ministres ?

Mercredi 27 juin Emmanuel Macron mettait une nouvelle fois en scène la promulgation d'un texte de loi façon Maison Blanche. Comme il s'agissait de la réforme de la SNCF, la ministre des transports et le porte-parole du gouvernement étaient à ses côtés pour la photo. Dans un post ironique, le Huffingtonpost est revenu sur le choix des chaises lors de cette signature. Réalisé sous l’œil des caméras, cet acte d'autorité  nécessitait apparemment qu'aucune autre tête que celle du chef de l'Etat ne dépasse. Afin de corriger la différence de taille qui existe avec son Secrétaire d'Etat, le siège du président était le plus haut. Benjamin Griveaux ayant dû " croiser les jambes faute de place " note @GeoClavel l'auteur de l'article. L'explication tient la route sur un plan psycho-gestuel, mais elle demande à être approfondie au vu de la position en miroir d'Elisabeth Borne. Je passe sur le comique de situation lorsque cette dernière s'assoit sans en avoir encore été invitée par l'hôte de l'Elysée (0.35 sur la vidéo). Plus intéressantes sont ses jambes. Elles aussi se retrouvent en " scoubidousous la chaise. Un refrain gestuel extrêmement répandu en fait. Il suffit d'observer une salle de classe ou les clients dans un restaurant pour s'en apercevoir. D'ailleurs, peut-être que vous-même en ce moment... Durant ses formations en Programmation Neuro Gestuelle, Joseph Messinger  nous apprenait à différencier les phases psycho flexibles des psycho rigides. Je m'explique. Assis ou debout, lorsqu'elles se retrouvent croisées, laquelle de vos chevilles est sur l'autre ? Gauche sur droite vous exprimez une empathie. Votre émotivité se libère et s’adapte. Dans l'autre sens vous passez en mode rationnel et devenez plus méfiant. Attention cependant au risque de conclure hâtivement. Veillez toujours à intégrer dans votre analyse tous les éléments du contexte. Ici, les deux " co-signataires " croisent

simultanément les chevilles de façon opposée tout en étant tournée vers le président. Si nous prenons en compte la dimension systémique de la séquence, celle qui veut que l'orientation de nos membres inférieurs traduise notre degré de proximité avec un interlocuteur, nous nous retrouvons en présence de deux collaborateurs peut-être effacés, mais fidèles à  leur patron. " En cheville " en somme. D’aucuns me rétorqueront que cette expression relève de la menuiserie. Dont acte. Il n’empêche, face à un réflexe idéo-moteur il nous est difficile de masquer nos sentiments intérieurs. En communication non verbale une règle veut qu'à l'image d'une maison qui s'expertise de la cave au grenier, l'observation du langage corporel débute toujours par le bas du corps.Tout simplement parce que ce qui est le plus éloigné de notre cerveau est souvent ce qui parle le plus de nous à notre insu. Chacun d'entre-vous a ainsi en mémoire les jambes de Jacques Chirac qui s'agitaient sous la table pendant qu'il répondait à un journaliste. Son torse et son visage donnant l'apparence d'un calme olympien. Je me souviens que Joseph Messinger nous conseillait de privilégier l'ancrage de la botte en réunion afin de mieux gérer les agressions mentales. Truc qui peut se décliner lors d'une interview ou d'un entretien de recrutement. Au passage, vous noterez que c'est exactement ce que donne à voir Emmanuel Macron. Le président de la République aurait-il dans sa bibliothèque " Ces gestes qui vous changeront la vie " ? S'il est un vrai manager il le fera circuler dans son équipe. Car cet ouvrage donne des clefs précieuses pour prendre toute sa place quand votre chef ne vous en laisse quasi aucune.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Décryptage, #Média training, #Communication non verbale

Repost0

Publié le 22 Juin 2018

Vous l'aurez remarqué, le titre de mon post est un clin d’œil à Arnaud Benedetti. Mardi, l'auteur du livre Le coup de com' permanent signait une tribune dans le Figaro. Il y revenait sur la remontée de bretelles d'Emmanuel Macron à un adolescent lors des cérémonies du 18 juin au mont Valérien. L'occasion pour lui d'évoquer la rhétorique de combat du chef de l'Etat, ainsi que le lien existant entre gestes, postures et tempérament. Soit une excellente introduction au concept de signature corporelle développé par le négo anayste Jean-Pierre Veyrat. D'autant qu'en soulignant combien " la communication suinte là où il s'agit de faire passer de la spontanéité ", cet article pose la question d'un éventuel faux self présidentiel. L'art du communic'acteur étant de porter le masque avec authenticité.

Reste qu'à regarder ces deux captures d'écrans, il semble que le coup de menton soit permanent chez notre président. Même la photo prise hier soir lors du concert électro dans la cour de l'Elysée donne à voir ce léger axe sagittal supérieur. Le signe d'une forme d'autorité jupitérienne pour les uns, la trace d'une certaine  arrogance pour d'autres ? L'impact du langage corporel sur notre image publique est dans tous les cas permanent. Avec le risque d'entretenir un quiproquo quand à ce qui nous anime vraiment. En ce qui concerne la moue macronienne, la comédienne Fabienne Berriau-Pahu partage lors de ses ateliers un bon truc pour la dissiper. Si vous souhaitez ne pas donner le sentiment que vous toisez vos interlocuteurs ou les jugez de haut, cette vidéo est pour vous.

Voir les commentaires

Repost0