au fil de l'actu

Publié le 30 Décembre 2020

 

Difficultés économiques, problèmes de santé, perte d'êtres chers. Au moment de tourner la page de 2020, j'ai une pensée pour tous ceux qui parmi vous ont été touchés par l'épidémie de coronavirus. Le premier confinement a généré de nombreux partages solidaires de connaissances. Modestement, j'ai voulu apporter ma pierre en enrichissant ma chaîne YouTube de plusieurs interviews dans les domaines du management, des neurosciences, de la gestion des émotions, de l'organisation de sa journée en télétravail... Que soient remerciées ici toutes les personnes qui ont accepté de répondre à mes questions. Merci également à vous qui m'avez suivi sur ce blog tout au long de cette année si particulière. Bon passage à l'an nouveau et à bientôt pour de nouveaux partages sur la prise de parole en public et les techniques de communication dans les médias.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu

Repost0

Publié le 6 Décembre 2020

L'européen convaincu, c'est le titre du journal Le Monde au lendemain de la mort de Valéry Giscard d'Estaing. Dès son entrée en politique VGE avait fait de l'Europe son cheval de bataille. En media training, avoir un cheval de bataille vous permet d'être rapidement identifié comme un expert ou un acteur majeur dans un domaine. Il suffit de vous interroger sur ce qui vous anime profondément pour connaître le vôtre. Avec lui vous gagnez en hauteur de vue. Vous rebondissez en cas de question piège car sa thématique devient votre point cardinal. À défaut, vous pouvez cultiver un dada. Un centre d'intérêt ou un loisir qui donne à voir le visage humain d'un personnage public. L'ancien président de la République était ainsi connu pour aimer jouer de l'accordéon. Plus tard il devient l'infatigable ambassadeur dans les médias de Vulcania. Le parc d'attractions auvergnat dédié au fonctionnement de notre planète et de ses volcans. Et vous, quelle cause ou passion avez-vous à partager ?

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 15 Novembre 2020

« Quand ça semble être nuit noire pour beaucoup de gens il faut allumer une lumière. » En filant la métaphore pour annoncer sa candidature à l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon illustre l'importance de donner à voir à l'oral. Il s'inscrit également dans une longue tradition d'orateurs. Cicéron, Jaurès, Hugo… Tous utilisaient cette figure de style afin de condenser un argument et enrichir leur discours. En télévision elle est devenue indispensable pour qui veut susciter l'intérêt ou détourner l'attention. Quitte à jouer sur des mots faisant appel à plusieurs de nos sens. Souvenez-vous de Jacques Chirac le 14 juillet 2001 interrogé sur des sommes d'argent : « Ce n'est pas qu'elles se dégonflent, c'est qu'elles font « pschitt ». Deux passages TV à fort enjeu, où la personne interviewée recourt à des images mentales. La PNL nous a appris dans les années 70 qu'à chaque objet ou concept, notre cerveau associe des informations verbales et des images.  D'ailleurs  pour un journaliste écrire c'est décrire. Quand vous intervenez dans les médias, si vous souhaitez marquer les esprits pensez à montrer avant de dire.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 28 Septembre 2020

Entre deux trainings il m'arrive de reprendre le chemin des studios pour des interviews institutionnelles. Ici mon interview de Younous Omarjee, le député européen à l'origine de la reconnaissance par le parlement européen de l'esclavage comme crime contre l'humanité. Le type d'invité qui ne cherche pas la lumière et dont pourtant les propos nous éclairent sur les mouvements profonds qui traversent nos sociétés. Il revient ici sur ses principaux combats : lutte contre le racisme, les outremers, la solidarité, la cause animale... Réalisation Jean Luc Valteau, assisté au cadre de Boris Taieb.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu, #Lire - voir

Repost0

Publié le 31 Juillet 2020

Savoureux rebond de l'actualité. L'acte manqué de Jean-Yves Le Drian rapporté par Le Canard Enchaîné de cette semaine prouve que Ségolène Royal n'a pas menti devant les caméras. De l'encre numérique avait pourtant coulé le 5 juillet, après sa déclaration au cours de l'émission BFM Politique. Sur la base d'un ethos passablement abîmé, le comportement de l'ex ambassadrice pour les pôles avait mis en alerte les disciples du Mentalist et du docteur Larry Hagman. Un détournement de regard visible à 0.09 sur la vidéo, suivi à 0.11 de la manipulation d'un stylo ont suffit à certains pour douter qu'elle ait été vraiment contactée lors de la constitution du gouvernement Castex. Une interview TV rappelant émotionnellement ce qu'un candidat peut vivre en entretien d'embauche, il me semble utile de rappeler les risques d'une interprétation hâtive. Ainsi il me revient à l'esprit une règle pleine de sagesse apprise lors de mes stages en Synergologie. Il faut au moins huit items convergents avant de conclure à une tentative de tromperie. Ici, les deux observations mentionnées plus haut ne sont pas suffisantes. D'autant qu'elles peuvent signifier un besoin de retour à soi-même, voire la recherche d'une aide ponctuelle qui se traduit par la préhension d'un objet "doudou". Maintenant que nous savons que Ségolène Royal avait reçu par erreur un SMS où elle est traitée de folle par le ministre des Affaires Etrangères, son trouble ponctuel est compréhensible. Attention donc, les émotions aussi sont trompeuses. Afin d'éviter un faux positif, il convient de relancer son interlocuteur en revenant par exemple sur les points associés à sa réaction. Ici le journaliste (ou le recruteur en entreprise) aurait dû demander des précisions sur l'identité du proche du président de la République qui a appelé l’ancienne ministre de l'Ecologie. Les réponses obtenues lui auraient peut-être permis d’interpréter le geste adaptateur observé comme une mise à distance d'un tiers. D'autant que la répétition de son "J'ai été appelée" ponctué par un "oui" suivie d'une intonation qui baisse au moment de dire "un proche du président de la République" laisse entendre pour le moins du dépit. Nous savons à présent qu'il s'agit probablement d'un sentiment de trahison. Or, les deux mains de Ségolène Royal donnent à voir au même moment le pouce et l'index qui subrepticement se frottent nerveusement, comme agacés. Il y a du Broyé du Poitou dans l'air. Comme quoi, en étant  bien attentif, la lecture du langage non verbal s'est souvent du... gâteau. Belle suite d'été à tous.

Article initialement publié sur Linkedin

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 9 Juillet 2020

Peut-être fallait-il ranger l'ego avec la robe ? C'est la question que je me suis posée en regardant cette chronique de Victor Ferry.  Son analyse de la première intervention d'Éric Dupond-Moretti en tant que garde des Sceaux à l'Assemblée Nationale est intéressante. Elle illustre la différence de perception entre ce que la télévision donne à voir de l'hémicycle et la réalité bien plus animale de cette arène parlementaire. Les députés d'opposition y cherchent par tous moyens à déstabiliser un ministre. Je note que le président de l'AN avec son "On souffre en silence" s'est montré bien peu solidaire et a témoigné de bien peu d'empathie avec le nouveau ministre. Rancune bretonne ? Quoi qu'il en soit, le précepte "Ne pas en faire une affaire personnelle" des Quatre accords toltèques me semble ici de circonstance. Tout comme suivre une séance de media training pour se préparer à pareil bizutage. Je laisse les abonnés de la chaîne de Victor Ferry se faire leur propre opinion. Quitte à visionner à nouveau deux précédentes émissions sur ces sujets 😉

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 4 Mai 2020

Surprise ce matin en découvrant l'avant dernière capsule vidéo de Victor Ferry dédiée au media training. Dans sa chronique pour YouTube du 26 avril, ce professeur de rhétorique belge a choisi d'illustrer ses propos par différents extraits TV, dont plusieurs tirés d'un reportage réalisé par LCP en mon ancien atelier parisien. Je prends ce coup de projecteur comme un clin d’œil du destin. Il y a un peu plus de deux mois je revenais ici sur l'analyse de Victor Ferry concernant une interview de Juan Franco. Personnellement, je me bats depuis plus de vingt ans afin de proposer un Media Training Différent*. Mon approche vise à mettre le meilleur d'une personnalité au service d'un message. Elle repose sur les techniques de communic'acteurs. Or ces derniers ont en commun avec les comédiens de dépendre de leur texte. En radio ou en TV, avoir quelque chose à dire porte celui qui doit s'exprimer devant micros et caméras. Il faut simplement qu'il maîtrise la règle du je(u) des médias. Malheur sinon à qui ne connait pas ses codes. S'il ne pratique pas la langue de bois comme invité il sera manipulé. S'il n'est pas assez langue de pute en tant que chroniqueur il sera blacklisté. Pourtant, comme en aïkido, il est possible de se servir de la force de son partenaire lors d'une interview.

L'authenticité en question

Il y a une dizaine d'année, en m'entendant tenir ce discours un étudiant au CELSA m'a dit que j'enseignais un "media training éthique". C'est effectivement devenu ma règle de vie au point que ma devise professionnelle est "faire grandir ou mourir". Je suis d'accord avec Victor Ferry pour regretter le formatage induit par certains trainings. Pareil pour le mot "authenticité". Il est aujourd'hui galvaudé. Pourtant être authentique est l'une des clés d'une bonne prestation média. Les journalistes qui courent après un entretien avec le professeur Didier Raoult ne s'y trompent pas. En télévision cela demande de s'émanciper du regard d'autrui. Ce qui nécessite une bonne dose de confiance en soi. D'où ma double certification en neuro coaching et méthode Arc-En-Ciel DISC. Il m'aura fallu passer par ce type de formations en sciences humaines pour permettre à mes clients de donner à voir une image qui leur ressemble.

* Mon offre pédagogique repose sur mes initiales afin de lui donner un caractère spécifique. C'est ainsi que chacun de mes trainings se déroule en trois étapes : Définition des objectifs, travail sur le Message, recherche du Ton juste.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu, #Média training

Repost0

Publié le 2 Mai 2020

La verticalité n'est pas donnée à tous les présidents

Dans la formation à la prise de parole que je viens de mettre en ligne figure un passage sur le rôle du dos. Stéphane André en a fait l'un de ses trois piliers pour réussir une conférence. Debout ou assis, lorsque nous nous tenons bien droit il souligne la verticalité. Soit l'un des marqueurs universels du charisme. Pour la personne qui s'exprime cela permet de déployer sa colonne d’air et de porter haut le regard. En illustration j'ai choisi une photo du général de Gaulle lors de son appel à la résistance en 1940. Par comparaison, la prestation du premier mai d'Emmanuel Macron prouve que tous les présidents ne sont pas égaux dans la maîtrise de leur langage corporel. La vidéo postée sur Twitter hier matin montre un locataire de l'Elysée dont les pieds ne sont guère ancrés au sol. Les amateurs de Synergologie reconnaîtront plusieurs éléfactions dont un ancien maire de Paris corrézien était coutumier. François Mitterrand avait somme toute raison lorsqu'il déclarait être le dernier grand président. Du point de vue de la verticalité aucun de ses successeurs n'a été sur ce point à sa... hauteur. Jacques Chirac se réhaussait régulièrement lors de ses interventions publiques quand il ne trépignait pas sous la table. Nicolas Sarkozy ne tenait pas en place et François Hollande dans sa normalité avait conservé son côté culbuto, oscillant de... gauche à droite lors de ses déclarations officielles. Étonnant de constater qu'au sommet de l'Etat ne soient pas respectées des règles posturales de bases. Elles contribuent pourtant à augmenter durablement confiance et autorité aux yeux du public.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 4 Avril 2020

En lançant une série de vidéos et podcasts en mode "M'aide in Télétravail", j'ai souhaité donner la parole à des auteurs, partenaires ou clients. Aujourd'hui, je tiens à remercier tout particulièrement Maryse Dartois, consultante en communication internationale et développement de business. Son partage d’expérience sur l'organisation d'une journée pro en situation de confinement est à la fois pratique et inspirant. Proposé en version podcast pour une plus grande liberté d'écoute, il devrait aider toutes celles et ceux qui ont le sentiment en fin de semaine de ne pas avoir réalisé le quart des tâches prévues.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Confinement, #Au fil de l'actu

Repost0

Publié le 2 Avril 2020

Le regard de François Delivré sur la période de confinement actuelle est à la fois celui d’un coach et d’un chasseur de sagesse. Il était donc important pour moi de pouvoir l'interroger dans le cadre de mon opération "M'aide in télétravail". Soit au final une double interview publiée à la fois sur YouTube et dans sa version audio chez bookboon.com. Pour l'auteur du livre Le métier de coach, la peur de l’inconnu en rejoint d'autres plus profondes inscrites habituellement en filigramme dans nos vies. Savoir sortir de sa zone de confort permet de prendre une distance avec l’action pour mieux accepter ses limites. Les personnes qui ont intégré leur condition humaine sont ainsi mieux armées car elles ne paniquent pas devant le risque. Avoir un métier qui fait sens s’avère par exemple une excellente réponse pour faire face à la réalité. Un entretien d'une quinzaine de minutes où la malice n'est jamais éloignée de la philosophie. François Delivré propose en cette période de confinement des contes pour enfants à retrouver aux côtés de ses derniers ouvrages sur sa page vitrine.

Voir les commentaires

Repost0