au fil de l'actu

Publié le 23 Septembre 2012

Tout a été dit après le triste amalgame sur RCF de Mgr Barbarin concernant le mariage homosexuel. Pour ma part, je trouve dommage que le journaliste qui l'interrogeait n'ait pas rebondi en l'entendant dire : "Un jour l'interdiction de l'inceste tombera". Au lieu de quoi, il l'a relancé sur le thème de la rupture de société. Mais que celui qui n'a jamais pêché...  Après tout, il y a deux ans, sur le plateau du 13h de France 2, Elise Lucet se retrouvait dans la même situation face à Jean-Paul Guerlain. Mais rien n'empêche de rêver. Allez, je rembobine virtuellement la vidéo et j'imagine notre interviewer  jouer de l'alternative (ou choix truqué) face au Primat des Gaules. Ce qui pourrait donner ceci : "Monseigneur, est-ce de la provocation ou de la confusion mentale ? Pouvez-vous répétez ce que vous venez de dire ? Car vous avez le sens de la formule. Il y a peu vous déclariez "le parlement n'est pas Dieu le père". Vous connaissez  le poids des mots."  Bref, dans l'idéal, conduire un entretien c'est être là quand (Lacan) il faut. Oui, je ne peux m'empêcher d'avoir une lecture freudienne de cette perle. Car chez moi, dans l'Hérault, plus d'un aurait dit "Tiens Barbarin a encore fait sa bulle". Or que je sache, seul le Pape est à même de rédiger de telles lettres;-)  Une ambition que la grille de lecture laissée par Joseph Messinger confirme avec l'ampleur de l'écartement de l'auriculaire droit ! Et pour ceux parmi vous qui sont plus sensibles aux voix, je vous laisse cliquer ici. Vous y reconnaitrez Albert Algoud dans ses grands jours. Son personnage du père Albert était jusqu' à présent très proche vocalement  de Mgr Barbarin. Il semble qu'il le soit aussi à présent sur le fond. De profundis...


Mariage homosexuel : Inceste, Polygamie, le... par telelyonmetropole

  

 

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu

Repost0

Publié le 13 Septembre 2012

neuro-mediatraining.gif

Scientifique et humaniste, Pierre CAZAMIAN, père d'une amie de fac de ma mère, était depuis mon enfance un monstre sacré. Indigné avant l'heure lorsqu'il était médecin du travail, les mineurs lui doivent que la silicose ait été reconnue comme maladie professionnelle. Pionnier de l'ergonomie en France, ses dernières publications offrent une magnifique synthèse de l'émergence et du développement de la conscience humaine et animale. Décédé le 4 septembre à l'âge de 97 ans, il laisse dans le deuil une communauté scientifique à laquelle, jusqu'à son dernier jour, il a activement appartenu. Il y a quelques mois, il m'a fait parvenir une infime partie de sa bibliothèque. J'ai été très touché par ce don inestimable que constituent les livres à partir desquels il a lancé les bases de la neuroergonomie. Il me reste à présent à en entamer la longue et patiente lecture.

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu

Repost0

Publié le 11 Septembre 2012

Rien à dire, Nicolas Sarkozy continue d'inspirer la presse et Libération en particulier. A tel point que les "unes" d'hier et d'aujourd'hui de ce quotidien, donnent un sacré coup de vieux au fameux "Bal tragique à Colombey" de Hara-Kiri. Reste qu'à mes yeux, c'est Direct Matin qui a composé ce mardi la plus inspirée. La plus journalistique aussi. Car c'est un véritable scoop "postural" que nous donne le journal du groupe Bolloré. Regardez cette photo, Jean-Christophe Cambadélis y est clairement hors jeu. Son axe de regard va dans la direction opposée de celui de Martine Aubry et d'Harlem Désir. Qu'importe si le nom du prochain premier secrétaire du PS ne sera connu que demain au final. En répondant par une information non verbale à la question dont il fait sa une, ce gratuit  montre que le langage corporel vaut de l'or.  Pour qui sait y être attentif tout du moins...

 

axes de regard 1er secretaire

 

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu

Repost0

Publié le 1 Septembre 2012

Caroline Messinger

Ecrivain et spécialiste du décryptage verbal, Caroline MESSINGER a collaboré à plus d'une dizaine d'ouvrages comme co-auteur de Joseph MESSINGER, son époux. Aujourd'hui, elle s'apprête à reprendre le flambeau de la Programmation Neuro Gestuelle. Une méthode de développement personnel particulièrement novatrice, créée par Joseph MESSINGER.  Celle qui avait choisi de décrypter les connotations du discours parce que les mots ne disent pas toujours ce qu’ils pensent et ne pensent pas toujours ce qu’ils disent,  a donc accepté de se prêter à l'exercice de l'interview.

Vous allez reprendre en septembre l'animation des stages d'initiation à la PNG, chez vous à Limeray, tout près d'Amboise. Quel public visez-vous ?

CM : Les stages redémarrent effectivement mi septembre. Ceux-ci s’adressent, d’une part, aux professionnels qui souhaitent développer ou enrichir leur activité avec de nouveaux outils. Je pense, notamment, aux coachs, aux formateurs, aux DRH, mais aussi aux profs, aux instits ou aux éducateurs, ainsi qu’aux professionnels de la santé qui sont dans la relation d’aide à la personne… Pour ne citer que ces quelques exemples. La PNG est intéressante, parce que les outils pragmatiques qu’elle propose peuvent s’appliquer à des domaines multiples. Cette technique peut rendre service à des professionnels venant d’horizons très différents. Ces stages d’initiation concernent également les particuliers en recherche de développement personnel. La PNG met à la disposition de ceux veulent progresser dans leur vie un ensemble d’outils formidables. Des outils très concrets qui permettent à chacun d’acquérir une meilleure maîtrise de soi, de retrouver une confiance en soi souvent malmenée. Bref, des outils qui vous réconcilient avec vous-même. La Programmation Neuro-Gestuelle initié par mon mari est une technique que je trouve admirable, parce qu’elle permet de revaloriser son estime de soi, tout en se débarrassant de la pollution de plus en plus prégnante du stress, de l’anxiété, voire de la déprime et d’éviter la spirale infernale de l’échec. En résumé, la PNG intéresse tous ceux qui considèrent que leur existence est directement exposée aux dangers de l’échec, qu’il soit professionnel, affectif, ou vital.

Votre mari a écrit : "Ces gestes qui vous changeront la vie". Livre qui contient les fondamentaux de la PNG. En quoi cette méthode peut-elle changer notre vie ?

CM : La PNG est une méthode de reprogrammation comportementale étonnante de par le pragmatisme des outils qu’elle propose. Cette technique inédite met en relation conscience et subconscient par le canal de réactions corporelles ou gestuelles. Réactions que chacun peut apprendre à traduire. La PNG privilégie la relation corps-esprit pour booster ces potentiels que nous n’avons pas encore inexploités. Par le biais d’exercices très concrets, la PNG permet à chacun d’évaluer ses motivations, de neutraliser ses handicaps, de stimuler ses atouts. Notre corps à des choses à nous dire et nous nous donnons rarement la peine de l’écouter. Sauf lorsqu’il commence à nous faire souffrir. Cette rupture corps esprit alimente notre mal être et bon nombres de nos maux parce qu’elle nous prive d’un réel potentiel énergétique. Notre corps dispose de ses propres moyens pour rectifier les perturbations de notre climat mental. Notre corps est un véritable baromètre que nous manquons de consulter au quotidien. Il nous informe en temps réel de ce que nous ressentons intuitivement. Grâce à la PNG, ce corps, trop souvent négligé, peut se transformer en véritable bouclier social contre la manipulation, le harcèlement, l’agressivité, etc…, etc… La Programmation Neuro-Gestuelle permet à chacun d’apprendre ou de réapprendre à communiquer avec son propre corps pour en faire un allier en toute circonstance… et changer le cours de sa vie, comme l’a pertinemment écrit mon mari.

Vous êtes l'auteur de plusieurs ouvrages sur le langage verbal, dont certains co-signés avec votre mari. Avez-vous de nouveaux projets d'écriture ?

CM : Bien sur ! En ce qui concerne le langage verbal, le projet pour lequel j’ai lancé un « Appel à témoins » sur le site ww.joseph-messinger.fr, il y a quelques mois de cela, reste d’actualité. Il ne sera pas finalisé dans les délais envisagés initialement, pour une raison toute simple : la 6ème édition de « Ces gestes qui vous trahissent » est programmée pour 2013. Je dois achever ce que Joseph n’a pas eu le temps de mener à termes. Ainsi que d’autres publications sur le décryptage gestuel. C’est plutôt une bonne nouvelle, n’est-ce pas ? Donc priorité aux gestes dans l’immédiat, les mots viendront après. Mais vous le savez aussi bien que moi, les gestes et les mots demeurent indissociables et totalement complémentaires, comme nous l’étions, Joseph et moi…

C'est l'une de vos toutes premières prises de parole depuis le décès de Joseph, avez-vous  un message plus personnel à faire passer ?

CM : Je profite de l’espace de parole que vous m’offrez pour remercier chaleureusement toutes celles et ceux qui, depuis le décès de Joseph, me témoignent leur affection, leurs encouragements, leur attachement pour ce qu’il a entrepris avec passion. Joseph désirait ardemment que son travail reste après lui. Non pour la gloire ou la postérité, comme vous vous en doutez, mais bien dans la perspective de contribuer à une meilleure compréhension de la nature humaine. Ce que tous ses lecteurs ont parfaitement compris ! Joseph avait à cœur de populariser la PNG, c’est ce que je m’attacherai à faire. Mais je ne pourrais y parvenir sans la contribution de ceux qui ont trouvé, grâce au décryptage de leurs propres gestes, les clefs pour s'épanouir, vivre en harmonie avec eux-mêmes, avec leur entourage. La PNG de Joseph Messinger ne pourra trouver ses lettres de noblesse qu’avec la complicité de ceux qui ont été conquis par cette méthode de développement personnel aussi créative qu’innovante. Une méthode à son image. Sa méthode !

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu

Repost0

Publié le 7 Mai 2012

Il aura fallu un simple dépôt de gerbe cote à cote, presque complice, entre l'actuel et le futur chef de l'Etat, pour mettre fin à la guerre qui opposait le camp de la France forte à celui de l'anaphore. Avec ce geste "fort", Nicolas SARKOZY soigne sa sortie. La dernière image du président sortant arrivera t'elle à effacer celles, plus festives, qui marquèrent la célébration de sa victoire en 2007 ? Mieux, réussira-t-elle à faire oublier une campagne où la droite a souvent perdu de vue que le racisme n'est pas une opinion mais un délit ? Le storytelling continue en tous cas. Ainsi, dès le 6 mai au soir, les mots utilisés par le président de la République pour reconnaître sa défaite, contribuaient à écrire par le haut la fin de son épopée élyséenne. Attendons-nous à en retrouver prochainement les bonnes feuilles dans l'EXPRESS ou Le POINT, avant leur parution en librairie. Quand ce ne sera pas dans les hypermarchés, à 20 mètres du rayon frais dédié à la viande halal... Car Nicolas SARKOZY sera sans aucun doute un "ex président" à l'américaine. De son image publique il fera de l'or. Elle lui permettra de donner des conférences à travers le monde pour raconter comment, sous son quinquennat, la France a pu éviter d'être croquée à la même sauce que l'Espagne, la Grèce ou l'Italie. Et combien surtout, si pareil sort devait malgré tout nous être réservé, il avait prévenu le peuple de France en lui disant "attention aux lendemains/Hollande mains qui déchantent" ;-)

        
 

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu

Repost0

Publié le 3 Mai 2012

Oui, bon, je sais. Vous allez dire que mon titre rappelle trop ceux du Canard Enchainé. Ce n'est peut-être pas un hasard si j'ai choisit comme enseigne commerciale, le nom de l'une des plus anciennes rubriques du célèbre palmipède ;-) Il faut dire que le montage qui suit, nous montre un président sortant décidé à l'emporter par tous les moyens dans ce débat d'entre deux tours. Quitte à perdre pour cela de précieux électeurs décontenancés par sa double (im)posture de victime/agresseur. L'idée d'envoyer une bonne "droite" à son adversaire s'est retournée contre Nicolas SARKOZY. Au "poing" de le rendre plusieurs fois limite KO. Et ce durant un match où son contradicteur a toujours veillé à dénoncer, pour mieux les esquiver, les coups bas qui lui étaient portés (souvent habilement). Le choix de voter pour François HOLLANDE dimanche prochain, exprimé ce soir par François BAYROU, confirme l'impasse de la droitisation de la fin de campagne de l'UMP. Pour le président du MODEM, ce n'était pas la bonne réponse aux 18.3 % de Marine LE PEN. A moins qu'inspiré par Jeanne d'Arc, et dans la perspective des législatives, le leader centriste ait entendu (et écouté) les voix qui ont placé le candidat PS en tête dans sa circonscription... 

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu

Repost0

Publié le 22 Avril 2012

Quel marathon que cette campagne présidentielle. Au point que dimanche dernier, celui de Paris a faillit être occulté par les deux derniers grands meetings d'avant le premier tour. Le PS et l'UMP les ayant organisés respectivement au château de Vincennes et place de la Concorde. Et la presse de s'interroger sur les auxquelles recourent les candidats pour tenir le rythme infernal de la course à l'Elysée. Tout ça pour dire que la fatigue et le stress peuvent expliquer parfois les approximations de nos politiques lorsqu'ils sont interrogés sur le prix de la baguette ou le nombre de sous marins nucléaires français... Reste qu'il y a des sujets sur lesquels ils se doivent d'être incollables. Au risque, sinon, de perdre toute crédibilité. Je pense par exemple à Bruno Le Maire sur Canal +, incapable de dire combien de m2 fait 1 ha, alors qu'il est en charge de l'agriculture française. Ou tout récemment à Nicolas Sarkozy chez Jean-Jacques Bourdin. L'approximation du chef de l'Etat sur le nombre de soldats français morts en Afghanistan a suscité la colère du journaliste vedette de RMC et fait le buzz sur la Toile. Que penser alors des propos d'un des invités de Thomas Hervé qui, dans le dernier numéro de Com' en Politique sur LCP, déclarait qu'il ne faut pas demander à nos ministres de connaître exactement le prix de la baguette. Leur métier étant d'abord de savoir correctement gérer l'Etat. Bel exemple de cynisme de la part de cet "expert en communication politique". Comment en effet gouverner, sans partager un minimum du quotidien de ses compatriotes ? A moins qu'il ne s'agisse de bêtise crasse ! Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part chantait ce cher Brassens ;-)

 
 

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu

Repost0

Publié le 13 Avril 2012

clip-poutou-politique-zapping.jpgTrop fort ce Poutou. Au moins lui ne se fera plus B... par les médias. Son premier passage chez Ruquier lui aura servi de leçon. Cette parodie de "Questions pour un champion" en dit peut-être plus qu'il n'y paraît sur notre relation au politique. Les primaires socialistes ont d'ailleurs ouvert la boîte de pandore. L'électeur ne vote plus, il zappe. Prenez Ségolène Royal, 5 ans après elle a fait pschitt auprès des militants PS. Il en sera bientôt de même pour Jean-Luc Mélenchon. Une fois les présidentielles passées et Marine Le Pen arrivée devant lui au premier tour, il sera découpé à coups de faucille par les candidats PC aux législatives. Vous me direz, avec un président sortant qui a constitué son gouvernement sur le principe d'un casting, dixit Anne Lauvergeon, la messe est dite depuis au moins un quinquennat. D'autant que l'écriture audiovisuelle a progressivement déformé notre perception de la réalité. Et avec plus de trois heures de visionnage quotidien d'images TV, notre cerveau tant à fonctionner à présent sur un mode néo-limbique. C'est d'ailleurs bien ce sur quoi parie le président sortant. Il n'y a qu'a voir comment le drame de Toulouse  lui a permis de surfer sur la vague qu'il affectionne le plus : celle de l'émotion anxiogène. Qu'elles l'aient voulu ou non, les chaînes TV en traitant de l'affaire Merah ont donné l'occasion à Nicolas SARKOZY de se poser une fois de plus en super héros. L'élection de François Hollande annoncera t'elle un retour à la "normale " de l'exercice de l'Etat ? Il faut le souhaiter. En tous cas, elle montrera qu'en sciences politique la vérité ne vient pas toujours d'un Buisson trop ardent à droitiser un programme électoral. Je ne sais pas si tous les chemins mènent à Rome, mais à la lumière de l'action gouvernementale, à trop montrer du doigt les roms, cela conduit la majorité présidentielle à se retrouver au bord du chemin du pouvoir. A ce propos, je voudrai faire une mise au point pour tous ceux qui m'on entendu dire durant mes formations que je n'ai pas voté Nicolas SARKOZY en 2007. Depuis que je fais du média training,  lors d'une campagne électorale je m'intéresse autant au contenu des promesses qu'à ceux qui les font. Or j'ai souvent vu d'excellents candidats (médiagéniquement parlant) sans véritables projets. Et de très belles idées défendues sans convictions, ni talents... Si je n'ai pas voté pour l'actuel locataire de l'Elysée, c'est parce que j'ai vu arriver à la télé un vendeur au faîte de toutes les techniques d'influence. Un homme politique doué en communication comme personne. Mais c'est pareil en amour, parfois la plastique n'apporte pas la beauté du cœur. Ceux qui ont vu Trop belle pour toi me comprendront. Si j'ai pu agacer, voire choquer certain de mes stagiaires je leur présente mes excuses. D'autant que mon choix n'était pas idéologique, juste guidé par une intuition. De celle qui fait dire  à l'homme de la rue, "c'est trop beau pour être vrai". D'ailleurs, et j'en souris encore, j'ai  en mémoire la tête de deux élus UMP et d'une inconditionnelle de l'ex maire de Neuilly à qui j'ai avoué ne pas avoir choisi le bulletin de leur champion dans le secret de l'isoloir. Cette mauvaise surprise (pour eux) passée, cela a créé les conditions d'un travail en confiance et sur la durée.  Quand à Philippe POUTOU, je ne voterai pas  pour lui non plus le 22 avril. Car il ne se présente pas pour accéder à la magistrature suprême, mais simplement pour faire entendre la voix du NPA. En revanche, je le remercie de contribuer à renouveler les clips de la campagne officielle. Cette introduction d'une bonne dose d'humour, et donc de dimension humaine, devrait lui faire gagner suffisamment de voix pour ne pas répéter le piètre score d'Alain KRIVINE en 1974 (0.4%).*
*et bravo pour les commentaires à l'attention des non-voyants !!

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu

Repost0

Publié le 23 Janvier 2012

A écouter les réactions de militants à l'issue du premier meeting de campagne du candidat PS, le style HOLLANDE a fait mouche. D'ailleurs ce matin, au lendemain de son discours au Bourget, anciens et nouveaux médias n'en avaient que pour le député de Corrèze. Du coup, oui, HOLLANDE se ségolénise. Mais au bon sens du terme puisque la presse semble s'enticher de lui. De quoi rendre verts (un comble) de rage les leaders de la majorité. Le fiel n'a d'ailleurs pas tardé à couler. Jean-François COPÉ, Xavier BERTRAND et Brice HORTEFEUX ont brillé comme d'habitude dans le registre de la réplique assassine. Sauf qu'à chaque fois, leurs amalgames étaient plutôt bons pour l'image du candidat PS. Se faire traiter de "Père Noël" ou de "cure de jouvence" reste positif dans l'imaginaire collectif. La preuve, Jacques SEGUELA a été sensible aux envolées du candidat socialistes au Bourget. Au point de reprendre dans son commentaire sur France Inter, l'une des attaques les moins déguisées à l'encontre de Nicolas SARKOZY résumée dans la formule "j'aime les gens, quand d'autres sont fascinés par l'argent". Bref, si l'UMP ne veut pas devenir l'Union des Mauvais Perdants, elle a intérêt à reconnaître en François HOLLANDE un adversaire sérieux dont l'une des forces est justement ne pas toujours se prendre au sérieux. Cela ne fait peut-être pas un programme, mais ça a déjà été la devise d'au moins un président. Un certain JFK.

        

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu

Repost0

Publié le 21 Janvier 2012

LeMonde.fr dans son édition de vendredi a tenu à montrer les différences de programme qui existent entre Marine LE PEN et Jean-Luc MÉLENCHON.  Initiative pertinente, tant certains télé-électeurs dépités pourraient être tentés de voter indifféremment pour l'un ou l'autre de ces deux candidats. Leurs discours se ressemblent tellement sur la forme.  Même sens de la formule. Mêmes gestes amples et hauts. Mêmes axes sagittaux supérieurs. Mêmes mouvements de sourcils qui captivent l'attention et assoient l'autorité...Quand au fond, leurs imprécations communes à l'encontre des puissants et des journalistes leur valent en retour de fortes audiences et... le qualificatif partagé de populistes. Pas évident pour des consom'mateurs d'images sans convictions fortes, de s'y retrouver entre deux marques aussi proches et deux porte-paroles aussi bons communic'acteurs. Pourtant, en prenant le nom de Front de Gauche, la coalition conduite par l'ancien sénateur PS de l'Essonne s'est inscrite comme le pendant du Front National. Au risque de produire les mêmes dégâts collatéraux. Je m'explique. Longtemps le FN fut dénoncé par la droite française comme une pièce maitresse de François MITTERRAND afin, par le jeu des triangulaires, de faire perdre leur majorité à de nombreux élus locaux RPR ou UDF. Et voici que trente ans plus tard, apparait sur l'échiquier politique français une créature capable d'empêcher le candidat socialiste de se qualifier pour le deuxième tour de l'élection présidentielle. Car si Nicolas SARKOZY est extrêmement bas dans les sondages, sa seule chance de se qualifier  pour le second tour en mai 2012, est de voir Jean-Luc MÉLENCHON grignoter 2 à 3% d'intentions de vote à François HOLLANDE. Ce serait alors suffisant pour que le chef de l'Etat puisse, comme Jacques CHIRAC en 2002, se retrouver en position de fédérer tous les républicains face, cette fois, à la candidate du FN. Vous me direz, tout ceci n'est qu'un mauvais trip dans la perspective d'un dimanche gris parisien. Le candidat PS est actuellement en tête des sondages et c'est François BAYROU, à en croire l'Express, qui fait figure d'homme surprise. Désolé Christophe BARBIER mais, quitte à changer de métier, je vous fais le pari que ce n'est pas encore cette année que le patron du MODEM s'installera à l'Elysée. Trop conceptuel, trop centré sur lui, (il parle plus dans les médias  de sa 3ème candidature qui cette fois devrait être la bonne, que de son projet pour la France) et sans réel charisme (souvenez-vous de ce que René ZAYAN disait de lui dans son documentaire "Coupez le son"). Pour autant, ne "mélanchon pas tout" si j'ose dire façon GISCARD ;-). Si à nouveau le PS devait se retrouver exclu du 2ème tour, il ne faudra pas en rejeter la faute sur le patron du Parti de Gauche. Cela indiquera simplement qu'il fallait commencer par unifier toute la gauche plutôt que de miser sur de simples primaires socialistes. Et si j'en crois l'une des définitions qu'en donne la psychologie politique, un leader  "représente à la fois l’incarnation d’un projet collectif et l’adhésion du plus grand nombre." Pas vraiment le portrait robot de François HOLLANDE. Du moins jusqu'à jeudi et la présentation de son programme...


Présidentielle 2012 : le résumé du débat... par Nouvelobs

Voir les commentaires

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu

Repost0