Un grand moment de solitude pour Laurent Bignolas

Publié le 19 Octobre 2009

Non, présentateur de JT n'est pas un métier de tout repos. En témoigne cette vidéo en date de mercredi dernier, où Laurent Bignolas subit en direct la mauvaise humeur  d'Albert Dupontel. Furieux que son intervieweur n'est pas vu le film sur lequel il l'interrogeait, le réalisateur et comédien s'est ingénié à répondre de façon sibylline, avant de mettre fin précipitamment à l'entretien. Pas évident, dans ces conditions, d'enchaîner sur la suite du journal. Si le dépit de l'artiste est compréhensible, il n'excuse pas la volonté de saborder le travail du journaliste. A moins que tout ceci ne soit que mise en scène et  promo. Car, faut pas rêver (comme on dit sur France 3), le titre du long métrage présenté était... "Le Vilain".

Rédigé par DMT

Publié dans #Décryptage

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M

Vous ne trouvez pas correct que Dupontel saborde le journaliste?

Le journaliste s'est sabordé lui-même.

on dit d'un intervenant qu'il est mauvais ou inconscient en venant face caméra non préparé, il en va de même du journaliste ou de celui qui se dit journaliste.

Pour moi il s agit d'une faute professionnelle. Ou alors cela ne fait de lui sur cette vidéo qu'un piètre "animateur" télé


Répondre
D

Effectivement, j'ai pensé comme vous. N'est-ce pas une action délibérée de promo ? A écouter les réactions de Laurent Bignolas interrogé à ce propos sur Europe 1, il n'y avait en tous cas pas de
connivence entre l'artiste et le journaliste. Voici ce qu'en disait Albert Dupontel quelques jours plus tard dans les colonnes de Télé Star : "Je trouve ça un peu con de m'être agacé. Mais je
trouve encore plus bête d'inviter quelqu'un dont on n'a pas vu le film. Ce n'est pas respectueux pour l'invité, les téléspectateurs, et les investisseurs (le film a été financé par France 2). En
plus, le lendemain, il a dit à la radio que j'étais un con. Je ne comprends pas. Mais ce n'est pas l'affaire Dreyfus non plus."
Mercredi 11 sur France Inter, dans l'émission le Fou du Roi, Henry Chapier interrogé sur un autre sujet, n'était pas loin de penser la même chose. Pour lui un film doit avoir été vu avant par le
journaliste qui s'apprête à conduire l'interview. Et d'évoquer un célèbre présentateur de JT qui interroge Catherine Deneuve sur son précédent film... En tous cas, il y a 20 ans, j'avais la chance
de travailler à Montpellier et de suivre l'actualité ciné. Un vrai bonheur, qui m'a donné la possibilité de voir des films puis d'en discuter après en aparté ou lors de déjeuner de presse avec les
réalisateurs et/ou leurs comédiens. Je conserve d’ailleurs de très bons souvenirs de mes entrevues avec Agnès Varda (traitée d’emmerdeuse par l’équipe qui l’accompagnait ), Jane Birkin qui faisait
semblant de ne pas comprendre les questions qui la dérangeaient, Robin Renucci pédagogue hors pair, et tant d’autres.


Répondre
M

je pense que c'est pour faire du buzz, on dirait qu'il se retient de rire et puis bien sur il sait qu'il va passer au zapping


Répondre