Médias : l'impossible respect de la confidentialité ?

Publié le 13 Mai 2010

exemple-mauvaise-reponse-a-une-interview-TV.jpg

Il lui aura tout de même fallu plus de 7 mois. La vidéo extraite d'Envoyé Spécial, consacrée à la fabrication de gélatine à partir de peaux de porc, est enfin arrivée dans ma boite mail. (Merci Cuong) L'exemple type de déclaration fâcheuse lors d'une interview TV,  diffusées ensuite de façon virale sur la toile. Gardez moi de mes amis je me charge du reste... Ici, c'est la réputation de Danone, Nestlé, Auchan..., qui est mise à mal par le manque de préparation médiatique d'un fabricant. Ces géants de l'agroalimentaire ne  font donc pas signer de clause de confidentialité à leurs fournisseurs ? Il faut dire que pour ce responsable d'usine pris au piège (notez combien le corps traduit l'embarras face à la question posé),  accepter de répondre aux questions de France 2  sans un média training préalable relevait de la gageure. Sur un sujet aussi sensible que le respect des croyances religieuses, l'exercice lui aurait permis de construire  un  message responsable. Et qui respecte l'image de ses clients. Dans un autre genre, la mise en ligne par le site de l'Express de l'adresse de Zahia D, contribue elle aussi à montrer les limites du journalisme à l'heure d'Internet.  A croire qu'avec la chasse au scoop, plus rien n'est  confidentiel. Sauf peut-être la protection des sources. Et encore, tout récemment l'émission  "Les infiltrés" nous a prouvé qu'elle pouvait ne pas être respectée pour des raisons... morales.
 

Rédigé par DMT

Publié dans #Décryptage

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O

Cher Daniel,
Effectivement ce directeur d’usine et bel et bien pris au piège et vous notez très justement combien son corps tout entier essaye d’échapper à la situation.
Regardons la vidéo de plus près :
Dès la première question (1’26) il a un rire de convenance accompagné d’un faux sourire. C’est une réaction de défense qui permet de gagner du temps quand ne sait pas quoi répondre.
Ce sourire est lui-même accompagné d’un grand mouvement de recul qui nous indique qu’il aimerait fuir cette situation d’affrontement. La situation est embarrassante, d’ailleurs sa main qui
accompagne son « non » (1’27) est une main qui rejette le journaliste et ses questions, ceci est visible dans la direction de sa main, elle met très clairement à l’extérieur le problème.
La main peut être considérée comme la partie visible du cerveau. Son observation est riche d’informations.
Par exemple, voyez comme elle se ferme en poing (1’33), ce qui nous indique une forte tension et un besoin de contrôle (des paroles probablement) grandissant.
Ce directeur ne sait plus comment s’en sortir. Il cherche ses mots et ce malaise se traduit par un balancement de son corps. Ses pieds ne sont pas bien ancrés au sol, il recule encore une fois. Ces
mouvements confirment l’immense malaise qu’il ressent sur le sujet des communautés musulmanes et juives.
Il fait une tentative pour prendre le dessus quand il dit qu’il ne voudrait pas que le message soit diffusé (1’42), cette tentative est visible dans la hauteur du geste de sa main. Mais
malheureusement pour lui, il est si peu convaincu de réussir que le reste de son corps capitule. Il termine par s’adresser au journaliste en gardant un axe de tête inférieur, il s’exprime en
regardant vers le bas. Le malaise est à son comble. Il ne sait plus comment faire concrètement pour stopper les dégâts (préhension du poignet à la 1’52). Il finit par décider de se taire. Il
n’ouvrira plus la bouche. Et là, il peut recommencer à regarder son interlocuteur puisqu’il sait qu’il ne dira plus rien.
Quelle minute !
Bien à vous.

Olga Ciesco


Répondre
D


Bonsoir Olga. J'adore votre ton. J'ai l'impression d'entendre vos commentaires en direct.A quand une intervention de votre part sur une chaîne TV pour nous éclairer sur les images de l'actualité
: retour de Clotilde REISS, ITV de DSK, etc ? Un grand merci.



E

Est-ce au nom de cette confidentialité qu'il est difficile d'obtenir des témoignages de personnes ayant suivi un médiatraining ? Etudiante en dernière année de Master communication, j'ai le plus
grand mal à trouver des entreprises qui acceptent de dire pourquoi elles envoient leurs dirigeants s'entraîner devant une caméra.


Répondre
D


Bonjour Emma, parfois le caractère sensible des sujets abordés en média training : lancement d'un nouveau produit, préparation d'un plan social, malversations d'un dirigeant..., explique
qu'il soit difficile d'obtenir des témoignages. Mais en cherchant bien vous devriez trouver. Prenez la piste des réseaux sociaux. De nombreuses recommandations de clients sont mises en ligne sur
les profils de médiatrainers.