Boris Boillon, un ambassadeur en manque d'appuis

Publié le 22 Février 2011

Boris-Boillon-l-ambassadeur-au-caractere-de-BB.jpg

Oui, il est probable que si Boris Boillon n'a pas été briefé sur les risques liés à  la publication de photos privées sur des réseaux sociaux, il ait déjà suivi un média training. Le ministère des affaires étrangères en organise régulièrement pour ses représentants. Leur limite réside dans le fait qu'ils se déroulent souvent en groupes restreints et sur un à deux jours seulement. De quoi certes être sensibilisé aux bonnes pratiques  avec la presse audiovisuelle. Mais quid de l'accompagnement qui est à proposer à celles ou ceux qui doivent travailler plus en profondeur leur personnage public ? Prenez par exemple cette interview en direct sur France 24, du très médiatisé nouvel ambassadeur de France en Tunisie. En situation d'écoute lors de la question d'ouverture, prend-il le temps de se centrer ? De se poser intérieurement ? La réponse est non. Dès ses premiers mots nous le voyons poursuivre son balancement latéral et le ponctuer de micros élèvements. Outre que ses réponses sont longues et parsemées de "Heu" et parfois de "Ben", ce qui est notable, c'est la dimension "perso" qu'il donne à cet entretien. L'agacement est particulièrement perceptible à 2'30 et annonciateur de l'incident qui se produira par la suite en conférence de presse. A 3'10, notre diplomate peopolisé déclare même "Je suis un jeune ambassadeur, j'ai 41 ans". L'engager sur une réflexion différenciant moi intime et  moi social, lui permettre de prendre conscience de son irritabilité et de la colère voire du sentiment d'injustice qui lui sont sous-jacents, voilà quelques pistes que pourrait aborder un média coaching. Tout comme la résonnance que peuvent avoir ses initiales "BB" dans son comportement quotidien. Avec bien sûr une optimisation de ses appuis extérieurs : sol, silences, regard... Car Boris Boillon témoigne de plusieurs talents de communic'acteur. Il sait parler imagé et le tient surement de son immersion depuis l'enfance dans la culture arabe. Métaphores et comparaisons sont naturelles chez lui. De même, c'est avec beaucoup d'efficacité qu'il remet dans leur contexte à 6'02, des attaques publiées dans la page "Opinions" du Monde. Ses éléments de langage sont assimilés et quasiment les mêmes lors de toutes ses ITV : "Merci pour l'accueil exceptionnel que j'ai reçu", "De la part de la Tunisie c'est un signe de la volonté très claire de travailler ensemble" "Nous sommes deux peuples voisins",  "C'est la première I-révolution"... Tiens, justement, à propos d'Internet. A l'heure de l'I-mmédiateté de l'information et de l'I-maginaire collectif, s'il y a une leçon que son  "excellence" doit tirer de ses récentes mésaventures médiatiques, c'est bien que la télégénie n'est pas synonyme à coup sûr de médiagénie.

 

Rédigé par DMT

Publié dans #Décryptage

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F

Chassez le naturel, il revient au galop ! On est en droit d'attendre un peu moins de "perso" : il n'y a pas besion de langue de bois pour faire preuve d'un peu plus de conscience et de respect de
son rôle et de sa fonction. Mais bon, ce n'est pas de sa faute...il n'a pas été à bonne école !


Répondre
D


Boris Boillon s'est fait tout seul ou
presque. Un point commun de plus avec son "mentor"
Nicolas Sarkozy...