Brexit : la double erreur en interview de Clément Beaune

Publié le 29 Septembre 2021

Voici un extrait TV qui va faire ma journée. Lundi 27 septembre, Clément Beaune, secrétaire d'état chargé des Affaires européennes, était l'invité de Télématin. Comme l'a pointé l'équipe de Quotidien, un passage dans son interview mérite de figurer dans le zapping. Il démarre juste après qu'il ait dénoncé à l'antenne "la fraude intellectuelle qu'a été le Brexit". Caroline Roux en déduit alors que la pénurie de chauffeurs en Grande Bretagne pour livrer les stations d'essence le "réjouit un peu". Et d'ajouter face au manque de conviction de sa réponse : "Ca se voit". D'où sa double erreur de débutant. D'abord parce qu'il réagit par une dénégation : "Non ça ne me réjouit pas." Répétant ainsi le mot qui fâche alors que notre cerveau n'entend pas la forme négative. Ensuite, en raison du sourire en coin qui est le sien lorsqu'il le dit une deuxième fois. Réalisant probablement à ce moment là qu'il vient de se faire "coincer" en direct par la journaliste. Sauf que sa communication non verbale achève d'enlever tout crédit à ses propos. C'est facile après coup de refaire le match. Je vous l'accorde. Je pense néanmoins que ce jeune talent de la macronie aurait dû appliquer un vieux principe de media training : celui de la phrase tampon. Il lui suffisait de répondre par exemple : "Je ne peux pas vous laisser dire cela", puis d'enchaîner par un : "La galère que vivent en ce moment nos voisins britanniques est telle qu'on ne peut que leur souhaiter de trouver rapidement une solution." Réfutation dans un premier temps, puis témoignage d'empathie. Propice à la mise à distance émotionnelle, ce détournement dialectique lui aurait permis de garder son sérieux à l'antenne. De quoi préserver son image de membre de l'exécutif. Et du même coup celle de la France.

Rédigé par DMT

Publié dans #Au fil de l'actu, #Média training

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article